17/07/2015

Genève Route et Rail 24 - Le communiqué commun de l'Etat, de la Ville, de l'OFT et des CFF

Le communiqué du 26 juin 2015 nécessite analyse: en voici le point essentiel: 

"Les experts mandatés pour étudier une extension souterraine de la gare ... ont présenté ce matin leurs conclusions : une extension souterraine ... est réalisable pour un montant estimé à 1,652 milliard de francs, assortis d’une marge usuelle à ce stade des études de +/- 30%. Les travaux devraient débuter en 2024 pour une mise en service en 2031. ... Selon les experts, il apparaît que certaines mesures à réaliser dans le cadre de ce projet devraient plutôt relever de l’entretien que de l’aménagement du réseau."


  1. Jusqu'à la publication du communiqué de presse, la chose était claire, le Grand Conseil s'était basé là-dessus pour voter la décision de tout faire pour enfouir l'extension: la part fédérale se montait à 790 millions, le solde étant à charge du Canton. Dès la publication du communiqué, l'administration cantonale a expliqué que la première estimation de coût, celle de la variante de plain-pied avec les quais actuels, était fausse, que le coût n'aurait pas été de 790 millions, mais aurait dû se monter à 980 millions.

    L'idée de l'administration cantonale est évidente: si la solution de plain-pied, qui est celle que les instances fédérales sont d'accord de prendre en charge, est plus coûteuse que d'abord estimé, il est logique que la part fédérale soit augmentée d'autant, réduisant d'autant la part du Canton.

    Cette idée est pour le moins hasardeuse: les 790 millions ont été votés par le Parlement fédéral: il ne sera pas si facile de faire admettre par ce Parlement une augmentation de ce montant, qui ne pourra se faire qu'aux détriments d'autres projets ferroviaires fédéraux. Le partage entre cantons de la manne fédérale est toujours douloureux.

    L'autre interrogation que suscitent les propos de l'administration cantonale, parus simultanément avec la publication du communiqué de presse, c'est que ce communiqué de presse ne dit pas un mot de ce calcul: ni l'OFT ni les CFF ne cautionnent ce raisonnement.

  2. La phrase du communiqué "Selon les experts, il apparaît que certaines mesures à réaliser dans le cadre de ce projet devraient plutôt relever de l’entretien que de l’aménagement du réseau"  est ambigüe. Les coûts qui relèveraient de l'entretien plutot que de l'aménagement du réseau, à charge des CFF, sont-ils compris dans le montant de 1,652 milliard, annoncé comme coût de l'extension souterraine, ou doit-on au contraire considérer qu'ils s'ajoutent au montant de 1,652 milliard? Une présentation soigneuse des choses exigerait le seconde présentation : puisqu'il s'agirait d'entretiens, ces coûts ne devraient pas être englobés dans un coût d'investissement.

    L'administration cantonale ne semble pas de cet avis. Là encore, il faudra attendre les avis de l'OFT et des CFF. J'ai interrogé l'OFT à ce propos, la réponse que j'ai reçue est suffisamment vague pour me convaincre que mon interprétation est probablement la bonne.

  3. L'un des coûts d'entretien mentionnés par l'administration cantonale serait celui de la halle de lavage des trains, de plus d'un hectare. Située sur le tracé de la sortie à l'air libre des voies souterraines, elle devrait être au moins en partie démolie; s'agissant d'installations anciennes, le coût de démolition et de remplacement serait mis au compte de l'entretien. Curieux, n'est-ce pas, pour une halle qui a été construite en 1998, il y a à peine 17 ans?

  4. Un dernier point de ce communiqué de presse mérite qu'on s'y arrête. Il ne s'agit cette fois pas d'argent, mais de délai. Jusqu'ici, il était prévu de mettre en service l'extension souterraine en 2025. Le communiqué de presse repousse à 2031 cette mise en service, sans donner aucune explication.

 

Les lecteurs particulièrement intéressés, ou pressés, peuvent découvrir l'ensemble du projet à l'adresse suivante:

 

https://sites.google.com/site/geneverailroute/etude

 

Les lecteurs qui jugent que ce projet mérite que les autorités l'examinent avec soin sont invités à en faire part au groupe de soutien qui se forme, à l'adresse suivante:

Groupe de soutien au projet Genève Route et Rail, pour adresse : Madame Y. Gustafson, 9 A, chemin des Hutins, 1247 Anières

ou alors

 

 

R. Weibel, Ingénieur, Coutzet 14, 1094 Paudex, 021 791 26 83, weibel.rodolphe@bluewin.ch

16:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.