16/08/2015

Genève Route et Rail 26 - Une gare nouvelle à La Praille – Pont-Rouge ? Mais elle est en construction !

2015.03.01 carte d'ensemble 25000 simple CF seul, avec traversée.jpgLe projet Genève Route et Rail propose deux boucles accolées l’une à l’autre le long du tronçon commun entre Cornavin et Genthod. La boucle passant par la rive gauche offre les mêmes possibilités que celle de l’Aéroport : elle permet que des trains venant de Lausanne accèdent à la rive gauche sans devoir y rebrousser chemin. De ce fait, ces trains ne passent par Cornavin qu’une fois, et il n’y a pas de nécessité à créer en rive gauche une gigantesque gare de 3 hectares : une gare composée de 2 quais et 4 voies, comme à l’Aéroport, suffirait.


Les trains de grandes lignes qui parcourent la Suisse ont une longueur de 420 mètres. Ils peuvent desservir Cornavin et la gare de l’Aéroport, mais pas les haltes et gares du CEVA, qui ne disposeront que de quais de 220 (Bachet, Champel et Chêne-Bourg)  et 320 mètres (Lancy – Pont Rouge et Eaux-Vives).

 

Les auteurs du projet du CEVA ont donc bien reconnu la future importance urbanistique du PAV. Ils ont malgré tout renoncé délibérément à concevoir une gare apte à accueillir les trains de grandes lignes.

2015.08.15 Gare centrale à La Praille.jpgPourquoi ? Parce qu’une telle gare serait une gare terminale, en impasse pour tout le trafic suisse. Et parce qu’en impasse, elle aurait nécessité la construction de 8 voies et 4 quais de 420 mètres de longueur, occupant trois hectares, pour pouvoir stationner les trains avant qu’ils ne repartent vers Lausanne.

 

Le projet Genève Route et Rail bouleverse complètement cette donnée, en créant grâce à la traversée ferroviaire du Lac la boucle qui permet aux trains parvenus à la gare de La Praille – Pont-Rouge de continuer en direction des Eaux-Vives, puis vers la rive droite du Lac et Lausanne.

Le projet Genève Route et Rail fait de la gare de La Praille – Pont-Rouge une gare traversée permettant d’accueillir les trains de grandes lignes  venant en direct de Zurich. Il suffira, pour la rendre aussi efficace que celle de l’Aéroport, de la prolonger de 320 à 420 mètres, et de lui adjoindre 2 voies de dépassement. Mais elle sera accessible à de tels trains, limités à 320 mètres, aussitôt que sera réalisée la traversée du Lac.

Les lecteurs qui jugent que ce projet mérite que les autorités l'examinent avec soin sont invités à en faire part au groupe de soutien qui se forme, à l'adresse suivante:

Groupe de soutien au projet Genève Route et Rail, pour adresse : Madame Y. Gustafson, 9 A, chemin des Hutins, 1247 Anières

 

ou alors

 

 

R. Weibel, Ingénieur, Coutzet 14, 1094 Paudex, 021 791 26 83, weibel.rodolphe@bluewin.ch

17:25 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Désengorger l'hyper centre ! Une litanie adoptée même par la droite. Et voilà que l'on veut maintenant agrandir l'aspirateur, agrandir la gare et bannir toute alternative. Pour prendre le train à Genève, il faut et faudra se coltiner l'hyper centre. Et nos amis verts sont d'accord. ATE : peux-tu m'expliquer ?
Merci. Votre alternative mérite l'attention de nos édiles. Bravo.

Écrit par : asger | 16/08/2015

Répondre à ce commentaire

@ Asger: Non, pour prendre le train à Genève il ne faudra par bonheur bientôt plus "se coltiner l'hyper-centre".

Vous ne le savez peut-être pas, il y a un excellent projet en construction, le CEVA, qui en est à plus de la moitié d'ailleurs.

Eh bien les habitants région Puplinge-Thônex-Chênes-Bourg pouront prendre leur train à Chênes-Bourg, ceux de Chêne-Eaux-Vives-Cologny-Vésenaz le prendront aux Eaux-Vives, Florissant-Champel à Champel, Bachet-Carouge à Carouge. Et en maximum 10 ou 20 minutes, selon, ils seront à quai à Cornavin, ou pourront continuer plus loin.

Toutefois le projet énoncé dans le blog me plait, j'adhérerai peut-être au soutien.

Écrit par : JDJ | 17/08/2015

Répondre à ce commentaire

JDJ, le soutien que nous sollicitons ne signifie pas qu'il faille adhérer sans réserve à l'ensemble du projet Genève Route et Rail. Les problèmes qu'il veut résoudre sont très complexes, et les réponses qu'il propose peuvent, souvent peut-être à juste titre, ne pas être les bonnes. En outre, bien sûr, chacun voit les choses selon son point de vue.

Notre problème, c'est que l'administration fait le gros dos. Or c'est elle qui possède tous les éléments du dossier, c'est elle qui maîtrise son évolution. C'est donc elle qu'il faut convaincre d'examiner le projet Genève Route et Rail.

C'est pourquoi nous invitons tous ceux qui sont intéressés par ces questions, qui entrevoient dans notre projet des propositions méritant d'être prises en compte, de demander avec nous que l'administration l'examine avec soin, sous toutes ses coutures. Nous ne demandons aucun engagement de soutien au fond, seulement un engagement de soutien à la demande que le projet soit examiné par l'administration.

Écrit par : weibel | 17/08/2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.