UA-92318518-1

12/06/2016

Critique - le réseau suisse serait bouleversé par la boucle

Je rappelle ici les caractéristiques du volet ferroviaire en rive droite du projet Genève Route et Rail, côte-à-côte avec celles des projets officiels.

2016.05.26 BiDessin 1ere pag Genève risque.jpg

Voici la critique: Le projet Genève Route et Rail nécessiterait la refonte totale de l’horaire sur une très grande partie du réseau suisse à voie normale, et la remise en cause du principe même de cadencement, tel qu’il est appliqué dans toute la Suisse.


Mais non, bien au contraire!

Le système est parfaitement cadencé entre Berne et Zurich. Aux heures plaines, à Berne, convergent des trains de toutes les origines, et se dispersent des trains de toutes destinations. Berne est un nœud parfait du système cadencé.

Le trajet actuel de Berne à Genève-Aéroport dure 1h53 minutes, comme le trajet inverse de Genève-Aéroport à Berne. La durée de l’arrêt à Genève-Aéroport étant de 6 minutes, un train « intercités » effectue l’aller et retour Berne – Genève-Aéroport – Berne en 3h52, et s’inscrit donc parfaitement dans le système : partant de Berne à 8h04, il y retourne à 11h56.

Si l’horaire des CFF n’était pas contraint par le système cadencé, et que les trains circulaient non pas en fonction de cette contrainte, mais aussi vite que le leur permettrait la technique, le temps de parcours serait réduit de quelques minutes. Mais à quoi bon : ils arriveraient à Berne quelques minutes plus tôt, et devraient y rester immobilisés artificiellement, remplis de voyageurs impatients, avant de continuer en direction de Zurich peu après l’heure pleine. Les CFF ont naturellement opté pour un retardement de ces quelques minutes discrètement réparti sur l’ensemble du trajet,  pour ne pas fâcher les voyageurs impatients.

Il est vrai que la boucle du projet Genève Route et Rail permet de réduire le temps de parcours d’un train réalisant le trajet Berne – Genève - Berne d’une dizaine de minutes, pour une raison toute simple : arrivé de Cornavin à l’Aéroport, un train peut reprendra sa route en direction de Lausanne sans perdre une dizaine de minutes à repasser par Cornavin.

Mais l’effet de la boucle sur l’ensemble du système ferroviaire cadencé en Suisse peut être annulé très simplement : puisque la boucle permet de raccourcir le temps de parcours, il suffit de le rallonger par des dispositions d’organisation, des mesures d’horaire, pour rétablir un fonctionnement exactement équivalent. En voici la démonstration :

Sans la boucle : Lausanne départ. 00h00, Cornavin arrivée 00h33, Cornavin départ 00h35, Aéroport arrivée 00h42, Aéroport départ 00h48, Cornavin arrivée 00h55, Cornavin départ 0h57, Lausanne arrivée 01h30.

Avec  la boucle : Lausanne départ 00h01 (durée d’arrêt prolongée de une minute), Cornavin arrivée 00h38, Cornavin départ 00h41, Aéroport arrivée 00h49, Aéroport départ 00h52, Lausanne arrivée 01h29.

La boucle du projet Genève Route et Rail pourrait raccourcir le temps de parcours Lausanne – Genève – Lausanne, mais ne l’y contraint pas. Si le temps de parcours Lausanne – Genève – Lausanne reste inchangé, le reste du réseau helvétique ne saura rien des modifications réalisées à Genève.

La critique faite au projet Genève Route et Rail apparaît ainsi infondée : il ne compromet en rien la stabilité du système cadencé. Il est parfaitement possible de faire en sorte que le réseau suisse, depuis Lausanne et au-delà, reste en quelque sorte « indifférent » à ce qui se trame à Genève. Pour cela, il suffit d’annuler l’effet de la boucle en allongeant légèrement les temps de parcours et d’arrêts. Il est douteux en outre que les voyageurs s’offusquent de quoi que ce soit, puisque, par rapport à aujourd’hui, ils ne subissent aucun retard.

 

Il est en revanche évident que le raccourcissement du temps de parcours que permettrait la boucle, ajouté à d'autres (la mise en service de trains plus rapides, la suppression de passages particulièrements lents), pourrait permettre de réduire à 3h30 ou même 3h la durée de l'aller et retour Berne - Genève, réduisant le temps de parcours entre Genève et Berne de 15 minutes, voire même 30 minutes.

 

Un soutien

Vous trouvez à cette adresse une série de documents relatifs à cette question. Parmi eux (en dernière ligne), une pétition qui sera adressée au Grand Conseil demandant que je sois auditionné par les commissions en charge de cette question.

https://sites.google.com/site/geneverailroute/etude

J'adresse d'ores-et déjà mes remerciements à ceux qui la soutiendront, et aussi à tous ceux qui ont porté leur attention à cette note.

 

15:45 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Si les politiques font la sourde oreille, une initiative s'impose, ne croyez-vous pas? Comme pour le Gothard.

Écrit par : Charles | 12/06/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.