UA-92318518-1

14/08/2016

Les coûts: mes chiffres sont bons

Ce sujet a déjà été traité dans la note du 21 juin 2016 : http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2016/06/21/critique-e...

J’y fais la comparaison du coût du volet ferroviaire en rive droite du projet Genève Route et Rail avec celui du CEVA. Je déduis du coût du CEVA un coût moyen par kilomètre de double voie de 116 millions.

La Durchmesserlinie qui vient d’être achevée à Zurich offre une autre possibilité de comparaison.


2016.08.14 CFF Durchmesserlinie Coûts.jpg

Pour agrandir l'image, cliquer sur elle (cette possibilité est aussi offerte dans les précédentes notes, mais n'a maalheureusement pas été mentionnée: une raison pour les lecteurs de les relire!)

 

D’une longueur totale de 9,4 km, elle a coûté (le chiffre est définitif) deux milliards. Elle a été fractionnée en 4 secteurs auxquels s’ajoute un ouvrage complémentaire.

L’immense gare souterraine de la Löwenstrasse définit le secteur 2. D’une longueur de 850 mètres, elle a coûté 713 millions. L’ouvrage complémentaire consiste en l’ajout de deux voies nouvelles en gare d’Oerlikon, qui a coûté 190 millions ; il n’est pas compris dans la longueur totale de la Durchmesserlinie. Ces deux ouvrages ne peuvent pas servir à l’estimation du coût du projet Genève Route et Rail, qui ne comporte aucune gare.

Déduction faite de ces deux ouvrages, il reste une longueur de ligne de 8,6 kilomètres, coûtant 1'080 millions, soit 126 millions par kilomètre. A l’échelle de ce type de comparaisons, la différence avec la valeur déduite du coût du CEVA est négligeable.

Cette analyse confirme donc pleinement mon estimation du coût du volet ferroviaire en Rive droite. Les arguments qui plaident pour le refus des crédits nécessaires à la Convention-Cadre sont ainsi parfaitement confortés.

Le projet Genève Route et Rail coûtera 730 millions, alors que la seule 1ère étape du projet public coûterait 1'650 millions. Le projet Genève Route et Rail ne coûtera rien aux Genevois, la Confédération ayant déjà décidé d’allouer à Genève un montant de 1,1 milliard, largement suffisant pour couvrir le coût du projet.

Après la 1ère étape du projet public, il faudra la « Raquette » (ou autre chose ?) et ensuite encore une seconde extension de la capacité de la gare de Cornavin, indissociable de la 1ère. Qu’est-ce que ça coûtera à Genève ? personne ne le sait. En ratifiant la Convention-Cadre, les Genevois commenceraient par dépenser 530 millions, puis plongeraient dans l’inconnu. Si au contraire ils rejettent la Convention-Cadre et se décident pour le projet Genève Route et Rail, les Genevois n’auront rien à payer, ni aujourd’hui ni demain, ni même après-demain.

11:29 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur,
Votre projet semble GENIAL. Je vous suis depuis des mois, votre persévérance me fascine. Mais le peu de résonance de celui-ci m'intrigue, pour ne pas dire m'inquiète. Pourquoi ne suscite-t-il pas plus de débats, pourquoi l'ATE, chantre de la mobilité, ne se l'approprie-t-elle pas, pourquoi le journal qui vous accueil le snobe-t-il pareillement ?
Auriez-vous un problème de communication ?
Faites comme Picard et son solar machin, entourez-vous de prophètes, et votre projet se réalisera, demain ou après-demain.
Bien à vous.

Écrit par : asger | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas voulu mélanger une autre cause d'étonnement procurée par les coûts de la Durchmesserlinie:

Le secteur 1 comprend entre autres deux viaducs ferroviaires. Le Letzigrabenbrücke forme un saut-de-mouton de très grande dimension, puisqu'il a une longueur de 1,2 kilomètre. C'est le plus grand viaduc ferroviaire de Suisse. Le second a aussi une fonction de saut-de-mouton: le pont proprement dit a une longueur de 400 mètres, mais il est précédé de rampes de chaque côté. Bien entendu, ce secteur comprend encore d'autres ouvrages importants.

Ce qui frappe, c'est que le coût total de ce secteur est de 305 millions, alors qu'on parle à Genève d'un saut-de-mouton à 280 millions (à Châtelaine) et d'un autre saut-de-mouton à 360 millions à Sécheron: au total 640 millions.

Comment ces chiffres peuvent-ils être compatibles les uns avec les autres?

il y a là sans doute un sujet de débat.

Écrit par : weibel | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

Mon attachement à Monsieur WEIBEL pour tout le travail et les études qu'il entreprend. Il démontre par A + B que les projets qu'il présente sont réalisables à moindres frais. Je n'arrive pas à comprendre le mutisme de l'"administration" genevoise sur l'évidence des faits. Pour que l'on ne prenne pas en compte des études aussi sérieuses il doit y avoir dans notre gouvernement des intérêts financiers que l'on ne connait pas. A croire que ce n'est pas assez cher. Messieurs, Mesdames, laissez votre porte-monnaie dans la poche et permettez aux genevois d'avoir un réseau ferroviaire et routier qui ne crève pas les budgets du canton et du contribuable. Pensez aussi à l'avenir que vous allez laisser à vos enfants. Pourquoi endetter ce qu'il n'est pas nécessaire d'endetter. Ouvrez les yeux et calmez vos appétits financiers. Je souhaite que tout ceci viendra en votation et que beaucoup de genevois me suivront. A qui de droit.

Écrit par : JUILLERAT Guy | 14/08/2016

Répondre à ce commentaire

Oui, le porte-monnaie est une bonne approche.

Écrit par : Pierre Jenni | 15/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.