UA-92318518-1

21/09/2016

Genevois, on vous berne!

Le Grand Conseil  va demain débattre et vraisemblablement prendre sa décision quant au sort de la très néfaste Convention-Cadre. Le Conseil municipal fera de même prochainement. L'accord des deux organes est nécessaire pour la mise en vigueur de la Convention.

Dans ce blog, je pense que tout a été écrit et fait pour mettre en garde les Genevois contre un projet absurde. 

L'OFT et les CFF, qui bénéficient de compétences et d'expertise inaccessibles aux cantons, dictent leurs règles au monde ferroviaire. L'OFT, qui a pour mission de "gérer les aménagements et le financement des infrastructures, ..., de surveiller les coûts", a manifestement failli à sa mission: pour saboter le projet "Genève Route et Rail", il a eu recours à des affirmations qu'il a pour finir dû démentir.

L'association "Genève Route et Rail" envoie aujourd'hui à tous les députés un courriel pour tenter encore de les convaincre de ne pas commettre la gravissime erreur de donner leur accord à un projet non seulement mal ficelé, mais surtout malheureux, néfaste, parce qu'entraînant Genève dans une aventure dont personne ne peut connaître l’issue, si ce n’est qu’elle se chiffrera par une poignée de milliards supplémentaires, dont une partie à sa charge.

Je vous transmets ici ce courriel aux députés.


Mesdames et Messieurs les députés,

Vous allez être appelés à vous prononcer ce jeudi 22 septembre 2016 sur le "PL 11912", une décision extrêmement importante pour l'avenir ferroviaire et surtout financier de Genève.

Notre Association "Genève Route et Rail" tient à vous rendre attentifs aux faits suivants :

  • Les CFF, qui ont été très longuement entendus par la Commission des travaux, sont de douteux conseil, parce que leurs intérêts ne coïncident pas avec ceux de Genève, Ville et Canton, ni de la Confédération. Ils deviendront propriétaires des ouvrages qui auront été payés par la Confédération, le Canton et la Ville, sans aucune contrepartie. Le cadeau est d’autant plus grand que les dépenses le sont. Ils n'ont aucune raison d'économiser les dépenses d'infrastructure. En revanche, leurs prestations de Maître d'œuvre leur seront payées, proportionnellement à ces dépenses d'infrastructure, sans avoir été mis en concurrence. Il faut le relever : ils prétendent avoir étudié avec soin le projet « GeReR » : ils l’ont si précisément étudiés que, dans leur réponse à la Commission des travaux, ils situent son raccordement à la ligne de Lausanne à Mies, à 5 kilomètres de Genthod !
  • Le coût de 600 millions de francs avancé par l'OFT pour la construction de 500 mètres de double voie à l'Aéroport pour discréditer le "Projet Weibel" n'a pas pu être démontré, l'OFT ayant déclaré forfait, sous la pression du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence. Ce chiffre est 8 fois supérieur à la réalité ! L’OFT prendrait-il le parti des CFF plutôt que celui des collectivités publiques qui paient ?

 Elle vous rappelle:

  • Que le rôle central de la Gare Cornavin n'est pas remis en question par le projet GeReR.
  • Que ledit projet "GeReR" offre une solution au transit des matières dangereuses qui évitera le centre-ville.
  • Que l'horaire cadencé n'est nullement remis en question et que les prétendues 14 minutes supplémentaires du trajet Genève – Lausanne avancées par les CFF (M. Gauderon) sont sans aucun fondement !
  • Que le Projet "GeReR" est au moins aussi abouti que le projet officiel, qu'il présente beaucoup moins de risques techniques et surtout financiers que le projet officiel.
  • Que le directeur adjoint de l’OFT, qui a été entendu par la Commission des travaux, a déclaré ignorer jusqu’à la semaine précédent son audition l’existence du projet de « Raquette », pourtant indispensable à Genève, à moins d’adopter « GeReR ». Comment sans cela relier le CEVA à l’Aéroport, puisque le tronçon de Châtelaine est d’ores et déjà surencombré. L’OFT n’a aucune idée de solution : sans doute une vision fort prospective !

 Fort de ces arguments, l'Association "Genève Route et Rail" vous recommande le rejet du "PL 11912" !

 Avec nos respectueuses salutations !

 Pour l'Association "Genève Route et Rail",

 Sa Présidente :                              Vice-Président                              Vice-président

Yvonne Gustafson                        Pierre-André Bobillier                   Charles Matthey

 

Lien : https://sites.google.com/site/pastoucheacornavin/

Annexe : Surréaliste correspondance avec l’Office fédéral des Transports

Cet échange de correspondance se passe d’explication et de commentaire.

Le 27 avril 2016, l’OFT m’a écrit : « Nous avons déjà effectué des études avec les CFF qui estimaient à quelque 600 millions de francs la simple création de deux voies en tiroir de 500 m au-delà de l’aéroport, sous Palexpo. Ce chiffre est sans doute beaucoup plus précis que celui que vous articulez … »

 Le 9 mai 2016, je répondais ceci à l’OFT : « Je m'interroge quant à l'estimation de coût de 600 millions pour la réalisation de 500 mètres de voie double. Vous faites état d’une étude de création de deux voies en tiroir de 500 mètres, prolongeant la gare actuelle de l’Aéroport et vous en indiquez un coût de 600 millions. D'après mes calculs, je pense que c'est erroné, excessif d’un facteur d’environ 8. Selon  moi, l’ordre de grandeur du coût de 500 mètres de double voie, à travers la Halle 6 de Palexpo (construite en réservant l’espace nécessaire pour cette double voie) sur 200 mètres, puis de 300 mètres le long de l’autoroute, est de 75 millions ».

 Le 2 juin 2016, j’écrivais ceci à l’OFT : « Par lettre signée de son directeur, datée du 27 avril 2016, l’Office fédéral des transports m’informe « avoir effectué des études avec les CFF qui estiment à quelque 600 millions de francs la simple création de deux voies en tiroir de 500 m au-delà de l’Aéroport, sous Palexpo ». Je souhaite pouvoir consulter les documents établis dans le cadre de l’étude mentionnée ».

 Le 27 juin 2016, j’écrivais au préposé à la transparence : « Le 2 juin 2016, j'ai déposé une demande d'accès à des documents officiels auprès de l’Office fédéral des transports (OFT), 3003 Berne. L'autorité compétente n'ayant pas répondu à ma demande dans le délai fixé par la loi, je dépose, par la présente, une demande en médiation conformément à l'art. 13 de la loi fédérale sur le principe de la transparence dans l’administration (LTrans, RS 152.3). Vous trouverez ci-joint copies de ma demande d'accès aux dits documents, ainsi que de la lettre datée du 27 avril 2016 que l’OFT m’a fait parvenir, et à laquelle se réfère ma demande d’accès ».

Le 29 juin 2016, l’OFT m’a informé que j’allais « recevoir très prochainement une réponse ».

 Le 5 juillet 2016, l’OFT m’a informé « envisager de m’accorder l’étude en question,  mais qu’étant donné qu’elle contient des données personnelles, il est tenu de consulter les CFF ».

 Le 21 juillet 2016, l’OFT m’a informé qu’en raison des féries judiciaires, le délai serait reporté au 16 août 2016.

 Le 31 août 2016, le dossier n’a pas été retrouvé, ou n’a même jamais existé : « L’OFT vous avait annoncé par courrier du 27 avril 2016 qu’il avait « déjà effectué des études avec les CFF qui estiment à quelque 600 millions de francs la simple création de deux voies en tiroir de 500 m au-delà de l’aéroport, sous Palexpo », en supposant que nous disposions aussi des documents en question relatifs aux travaux du Plan cadre Genève des CFF. Or entre-temps, nous avons malheureusement dû constater que nous n’avons pu trouver jusqu’ici aucun document qui puisse confirmer cette affirmation. Nous n’avons notamment trouvé aucun document de ce type en lien avec les travaux du Plan cadre Genève des CFF. Les CFF ont gelé ces travaux en 2012 ».

 Le 6 septembre 2016, l’OFT communique : « Le plan-cadre Genève est un document en cours d’élaboration par les CFF. Les informations extraites de celui-ci qui vous ont été communiquées ne sont ni validées, ni définitives. De ce fait, nous ne sommes pas en possession d’un document attestant de cette estimation de 600 MCHF. Notre courrier de ce printemps a été envoyé d’entente avec le canton de Genève, qui a le lead du dossier et qui nous a communiqué ces estimations. Nous regrettons de ne pas encore pouvoir accéder positivement à votre requête ».

Peut-on, doit-on faire confiance à cet Office fédéral-là ?

13:00 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Moi quand je lis tout votre échange, et notamment la phrase : "Notre courrier de ce printemps a été envoyé d’entente avec le canton de Genève, qui a le lead du dossier et qui nous a communiqué ces estimations", je comprend que c'est le canton qui s'est trompé dans ses chiffres, et que l'OFT lui a fait confiance. Pas vous?

Écrit par : Victor D | 21/09/2016

Dans toute cette histoire, où la mauvaise foi le dispute à l'incompétence, il est difficile de connaître le vrai. Constatant que c'est l'OFT qui dit tout et son contraire, qui commence par déclarer être, avec les CFF, l'auteur de l'étude, pour terminer en rejetant la faute sur le canton, j'ai déduit ce que j'ai écrit. Mais...?

Écrit par : weibel | 21/09/2016

Cela veut-il dire que demain, les membres du GC vont voter le "PL 11912" à l'aveugle, sur travaux en commission effectués en l'absence de documents chiffrés (les 600 mios)?

à moins qu'1 demande n'aboutisse au vote du report du vote pour obtention de documentation précise et chiffrée =>"positive attitude": on peut en rêver, jusqu'à demain.

Écrit par : divergente | 21/09/2016

Je suppose que ce projet compliqué a pour but de garder comme gare principale celle de Cornavin et donc de rendre impossible le départ de train grande-ligne depuis uniquement Genève-aéroport ainsi que des trains direct France-aéroports qui ne passerais pas par le centre de Genève. Cette volonté politique a souvent été montrée dans des discours et interview. Même si c'est assez incompréhensible vu la saturation des moyens pour y arriver. Le seul moyen de faire accepter le bon projet serait d'abord de comprendre et faire changer d'avis la classe politique sur ce point.

Écrit par : Benjamin K | 22/09/2016

Vous avez sans doute raison.
Deux considérations toutefois:
1. le trafic entre Genève et la rive nord du Léman représente, et de loin, la plus grande partie du trafic ferroviaire de Genève, et, davantage encore, du trafic des voyageurs (trains longs, à deux étages). Or selon le projet Genève Route et Rail, tous ces trains continueront à desservir Cornavin.
2. L'Aéroport reçoit aujourd'hui 15 millions de voyageurs par an, soit, en moyenne 40'000 voyageurs par jour. Ce trafic est semble-t-il appelé à croitre. Oui, c'est sûr, le projet Genève Route et Rail ferait de la gare de l'Aéroport une gare plus importante, mieux desservie. Mais n'est-ce pas une bonne chose que l'offre du chemin de fer à l'Aéroport soit meilleure, en qualité (des temps de parcours plus courts), et en quantité (elle ne peut dans son état actuel recevoir pus de 8 trains par heure, elle pourra en accueillir le triple si la boucle est réalisée). Pour le ferroviaire, un aéroport de la taille de celui de Genève présente une exceptionnelle opportunité de profitabilité: une très forte concentration de la demande, mieus répartie dans la semaine et la journée que celle des pendulaires.

Écrit par : weibel | 22/09/2016

Dès 2019 et l'ouverture du Lémanexpress, le trafic entre Genève et la Rive Nord du Léman (aka, son arrière-pas vaudois) devrait se développer beaucoup moins rapidement que le trafic entre Genève et la rive sud du Rhône et du Léman (aka son arrière-pays savoyard).
C'est toute la logique de développement des CFF avec Lémanexpress, qui entendent bien capter une nouvelle clientèle, avec la bénédiction des autorités cantonales. En effet, si la part des déplacements pendulaires VD-GE s'effectuant par voie ferrée est de l'ordre de 40%, elle est seulement de 6% pour les déplacements pendulaires 74-GE. Leur développement entrainerait une réduction considérable des bouchons routiers et de la pollution liée.
Cela étant, votre projet ne semble pas incompatible avec le développement de Lemanexpress.

Écrit par : Stéphane P | 22/09/2016

Mon projet est un contreprojet de celui de l'Etat, qui prévoit l'extension souterraine de la gare de Cornavin, en deux étapes de deux voies et d'un quai, coûtant 2,65 millirds. Mon projet résout le problème de capacité de la gare de Cornavin non pas en l'agrandissant, mais en la soulageant d'une moitié de son trafic (pour faire simple, la boucle par l'Aéroport que je propose permet de diviser le trafic entre Genthod et Sanit-Jean sur deux trajets, l'un par Cornavin, l'autre par l'Aéroport). Ceci libère à Cornavin de la place pour environ 10 trains par heure et par sens, et ouvre ainsi un passage suffisamment généreux à Lémanexpress.

Écrit par : weibel | 22/09/2016

Les commentaires sont fermés.