UA-92318518-1

17/04/2017

La traversée du Lac - Les faits, les faits encore, rien que les faits

Il y a deux semaines, le 31 mars, la TdG, par la plume de Monsieur Moulin, a donné l'information suivante: pendant des années, des centaines de tonnes de munitions non explosées ont été immergées dans le Lac, précisément sur le tracé prévu par l'Etat entre l'embouchure du Vengeron et la Pointe à la Bise. L'assainissement du site est évidemment indispensable avant les très complexes travaux prévus. Les dépenses croissent. La Confédération est disposée à inscrire la traversée du lac dans l'arrêté fédéral sur le réseau des routes nationales, de payer sa constrcution et son exploitation.

Il est donc temps de rappeler la position de l’Office fédéral des routes quant à cet ouvrage. Je reprends ici dans une large mesure un article présenté sur ce blog :

http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2017/03/03/qui-a-deci...-trace-de-la-traversee-du-lac-et-pourquoi-cel-282483.html

L’OFROU m’a écrit le 12 mai 2015 une lettre signée de son directeur Monsieur Röthlisberger, 2015.05.12 Lettre de OFROU.pdf. En voici l’essentiel (je rappelle que le tracé TL01 est à peu près celui de l’Etat par la Pointe à la Bise, tandis que le tracé TL05 est celui que je propose):

« L’étude préliminaire du 21 mars 2013 a permis de démontrer qu’aucun nouvel élément de réseau traversant le lac Léman (ni la variante TL05, ni la TL01) ne permet de résoudre le goulet d’étranglement sur la route nationale dans la région genevoise. C’est pour cela que nous avons décidé de poursuivre les études en vue de l’élargissement de l’infrastructure actuelle (seule mesure apte à garantir de manière durable la fonctionnalité de la route nationale). Aucune variante de traversée du lac ne sera réexaminée dans le cadre de ces études visant à éliminer au plus vite le goulet d’étranglement.

Si un complément de réseau « Traversée du Lac » venait à être intégré dans l’arrêté fédéral sur le réseau des routes nationales, nous aurons la possibilité de lancer des études relatives au tracé optimal de cette traversée.

Ces études ne se feraient plus alors sous l’angle « élimination du goulet d’étranglement » et votre variante pourrait alors être analysée et comparée avec les autres variantes envisageables. Par conséquent, le choix de la variante TL05 … ne constituera aucun préjudice pour ces analyses. Une prise de position de l’OFROU concernant votre variante ne pourra être donnée qu’après achèvement de ces futures analyses ».

Ainsi, aux yeux de l’administration fédérale des routes, le tracé reste complètement ouvert. Il résultera de considérations matérielles, comme le montant d’investissement, les coûts d’exploitation, les contraintes environnementales, l’efficacité fonctionnelle, etc., et la Confédération maîtresse de l’ouvrage conduira des études pour optimiser ces conditions matérielles. Le tracé Genève Route et Rail que je propose sera analysé et comparé en toute objectivité avec les autres variantes envisageables.

Parmi les contraintes déterminantes pour le tracé, les zones où ont été larguées au fond du lac des centaines de tonnes de munitions. Le tracé GeReR ne fait que frôler la principale zone concernée, à une profondeur de 10 mètres, alors que le tracé de l'Etat la traverse de part en part, à plus de 40 mètres de profondeur.

2017.04.16 Traversee Lac TdG Munitions.jpg

Source: Tribune de Genève, 31 mars 2017. Pour agrandir l'illustration, cliquer sur elle.

Visitez le site : http://www.gerer.ch/

23:32 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Des munitions au fond du lac sur le trajet rêvé du Conseil d'État? De quoi le "plomber" un peu plus...

Écrit par : hommelibre | 18/04/2017

Homme libre: Aujourd'hui, Le Temps publie un entretien avec Monsieur Loretan, qui préside le "Conseil consultatif sur la traversée du Lac". Monsieur Loretan y déclare ceci: "J’ai voulu rencontrer les maires des communes des deux rives de manière informelle. Cela a donné lieu à beaucoup de questions, notamment sur le tracé. J’ai tout de suite été clair: le tracé ne fait pas partie de notre mandat, il a été défini par le Conseil d’Etat et avalisé par l’Office fédéral des routes.".

A mon avis, il n'en est rien. L'OFROU n'a en aucune manière avalisé le tracé que soutient actuellement l'Etat. Ma note d'aujourd'hui transcrit intégralement la lettre que m'a fait parvenir l'OFROU, qui montre sans ambigüité que la Confédération, si elle est appelée à traiter de la question de l'achèvement du contournement autoroutier de Berne, commencera par étudier tous les tracés: tous envisageables, et notamment le mien.

La Confédération est appelée partout en Suisse à payer la construction et l'exploitation de routes nationales. Pour établir une répartition équitable de sa manne, elle a développé des méthodes qui visent à l'objectivité pour démontrer son impartialité. Je doute qu'elle accepte de faire une exception pour Genève. Et si elle tente de le faire, j'ai idée que d'autres cantons se chargeront de le lui rappeler.

Écrit par : weibel | 18/04/2017

Est-ce une vraie question ? N'y a-t'il pas un principe du pollueur-payeur ?

Écrit par : archi-bald | 18/04/2017

Archi-bald, Vous posez la question suivante je pense: qui aura à payer cet assainissement? Cette question s'adresse à des juristes plutôt qu'à un ingénieur. Je ne sais pas si la société Hispano-Suiza existe encore, j'en doute, et si elle existe encore, n'a-t-elle pas opéré avec l'accord de l'Etat? Je n'en sais fichtre rien.

Il reste que le tracé qui longe la rive droite du lac avant de le franchir à la hauteur de la Perle du Lac semble poser sur ce plan moins de problème. Cet avantage que présente le tracé que je propose par rapport à celui de l'Etat est tout-à-fait inattendu, mais réel.

Écrit par : weibel | 18/04/2017

MonsieurWeibel,

Les options sont donc encore toutes ouvertes, selon la lettre de l'OFROU. Rien n'est perdu. D'ailleurs avec tous les obstacles déjà évoqués sur le tracé du CE, on se demande combien de temps il pourra être soutenu sans débat.

Et sinon il restera l'initiative cantonale, comme vous le suggériez précédemment.
Heureusement vous êtes tenace!

Écrit par : hommelibre | 18/04/2017

L'armée pourrait les faire ressortir, ces munitions. Après tout, Naïm Chissim est mort, on ne risque plus rien...

Écrit par : Géo | 18/04/2017

Les commentaires sont fermés.