UA-92318518-1

06/09/2017

L’administration et les citoyens ….

Le Conseil consultatif mis sur pied par le Conseil d’Etat pour accompagner le développement du projet de contournement autoroutier de Genève s’est prononcé sur la 1ère question qui lui été posée, la seule qui lui a été posée à ce jour : est-il préférable de traverser le Lac  en pont ou en tunnel ?

C’est aussi la 1ère fois que l’administration genevoise délègue quoi que ce soit de ce qu’elle estime manifestement faire partie de ses prérogatives.  

Ainsi a-t-elle décidé souverainement du tracé  du contournement autoroutier de Genève.

Pour le moment, il semble que sa tactique fonctionne. Les premiers échos du choix du Conseil consultatif témoignent du fait que les citoyens, et même les membres de ce Conseil, ont entériné la chose : ils ne contestent pas le tracé décidé par l’Etat. Ceux qui ont voté « pont » comme ceux qui ont voté « tunnel » ont de facto accepté le tracé, et donc le principe de la traversée autoroutière du lac.

Pour le moment, donc, l’administration poursuit avec succès sa démarche de nature un peu rouée, suscitant le débat sur des points secondaires pour détourner l’attention de l’essentiel, le tracé.

Comment ce genre de tactique se termine dans nos démocraties très directes ? Eh bien, on verra !

19:05 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

A quoi bon ce pont? Qu'ils s'occupent d'abord et intelligemment de la gare de l'Aéroport!

Écrit par : eNemo | 07/09/2017

Répondre à ce commentaire

S`il est réalisé, ce machin va endetter Geneve comme jamais avec, a la clé, une dégradation esthétique et probablement aussi écologique, sans parler de la perte de valeur de l`immobilier dans les communes d`ancrage du machin. Utilité? Tres incertaine, mis a part certains entrepreneurs qui vont pouvoir se faire des couilles en or.

Écrit par : jean jarogh | 07/09/2017

Répondre à ce commentaire

On peut partir du principe que l'achèvement du contournement autoroutier de Genève pourrait être inscrit dans le réseau des routes nationales. A ce titre, il serait pris en charge entièrement par la Confédération. Cela remonte à quelques années, la Confédération est devenue propriétaire des routes nationales, et assure dorénavant l’extension et l’exploitation du réseau.

Mais évidemment, si la Confédération prend en charge la réalisation d'un tronçon autoroutier, elle va vouloir l'étudier. Elle est contrainte, fédéralisme oblige, d'établir un ordre de priorité pour les multiples demandes qui lui sont faites de toutes parts, ordre de priorité basé sur des critères objectifs. Elle a développé pour ce faire des méthodes et des outils raffinés. Si elle ne le faisait pas, les cantons lésés le lui rappelleraient.

Dans ce contexte, il lui est parfaitement impossible de répondre à un canton, "vous voulez ce contournement de Genève, il n'y a pas de problème. Dites-nous quel tracé vous souhaitez, le nombre de voies, si vous voulez un pont ou un tunnel, nous ferons comme vous voudrez!".

L'administration cantonale croit pourtant la chose possible. Elle répond à la Confédération: "Ah, vous ne voulez pas faire comme nous voulons, vous discutez, vous chicanez, vous érgotez. Si c’est ainsi, nous allons de l'avant selon nos désirs. Nous n'avons pas d'argent, c'est vrai, mais il n’y a pas de problème, nous passerons par un PPP et un péage. Comment !? il faut une autorisation exceptionnelle pour percevoir un péage routier !? quelle sottise, nous trouverons bien les moyens de contourner cet article constitutionnel fédéral. Et puis de toute façon, une fois que nous aurons réalisé la chose, nous vous la vendrons, c'est comme ça que ça se passe à Zurich!"

Ah ouiche! Cette prétention, rendue publique, connue évidemment dans toutes les chancelleries cantonales, achève de rendre impossible ce scénario.

Le plus extraordinaire peut-être, c’est l’entêtement de l’administration genevoise. Personne n’est en mesure aujourd’hui d’expliquer pourquoi Genève a décidé le tracé qu’elle défend aujourd’hui bec et ongle. Au moment où les citoyens auront à se prononcer, cette énorme lacune sera sans doute avancée par les opposants au projet. Et l’argument pèsera lourd.

Écrit par : weibel | 07/09/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.