UA-92318518-1

06/10/2017

A Rouelbeau

2017.10.06 Illustration Jonction Rouelbeau nette, sans à côtés.jpg

Pour agrandir l'image, cliquer sur elle

http://ge.ch/mobilite/media/mobilite/files/fichiers/documents/31_08_2016_-_seance_dinformations_conseil_consultatif_v02_2.pdf

Ce photomontage donne une image bucolique de la jonction de Rouelbeau, la 1ère jonction de l’autoroute de contournement de Genève après la traversée du Lac, telle que la prévoit l’administration. Au lointain, les Voirons, au premier plan passant de gauche à droite de l’image, la route de La Capite. Devant le sommet le plus élevé des Voirons, un bosquet, qui abrite la ruine du château de Rouelbeau. A gauche, perpendiculairement à la route de La Capite, une bande claire situe le tracé de l’autoroute, interrompue plus loin par une fosse qu’on devine circulaire : elle cache un giratoire qui se superpose à l’autoroute, enterrée à une douzaine de mètres de profondeur. En sous-sol, 4 bretelles relient l’autoroute au giratoire, qui est lui-même relié à la route de La Capite par la trémie à deux voies aboutissant au giratoire situé à l’angle droite en bas du montage.

 

Un cabanon le long de la route de La Capite, un motocycliste et une petite voiture, ce pastel inspire le calme et la détente.

Il ne correspond à aucune réalité. La réalité, la voilà :

2017.10.06 Trafic par type de trafic Variante 1.jpg

Source: http://www.ge.ch/dcti/presse/2011-04-11_conf_annexe.pdf, page 16

Ce graphique présente les flux de trafic attendus du contournement autoroutier de Genève, tel qu’il est prévu par l’Etat. Ce sont 70’000 véhicules qui franchiront chaque jour le lac (j’arrondis). De ces 70’000 véhicules, 20'000 ignorent la jonction de Rouelbeau, passant directement du Vengeron à la jonction de Puplinge, 50'000 passent par la trémie que laisse apparaître le photomontage, 25'000 pour rejoindre l’autoroute, et 25'000 pour la quitter. A titre de comparaison, 50'000 véhicules par jour, c’est le actuel trafic du Pont Butin, presque celui du pont du Mont-Blanc (60'000). La disposition prévue par l’administration est bien chétive pour absorber pareil trafic (le recours à la litote devient une nécessité). L’image est apaisante, mais trompeuse.

 

De ces 50'000 véhicules par jour qui traversent le lac soit pour sortir de l’autoroute à Rouelbeau soit pour y entrer, 21'000 concernent le Bord du lac, Vésenaz, Collonges-Bellerive, Corsier, Anières et Hermance, 17'000 la France, Douvaine, Thonon, 5'000 Meinier, Jussy, 7'000 Les Eaux-Vives, Genève. A ces trafics s’ajoutent les trafics touchant ces zones et communes sans traverser le lac, en particulier ceux qui s’établissent entre ces communes et toute la rive gauche de la Ville.

Pour en savoir plus: www.gerer.ch

09:40 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je ne sais trop comment on arrive à ces projections. Mais je sais une chose c'est que en deça de Vésenaz, Vandoeuvres les automobilistes ne monteront pas à la Pallanterie pour traverser le lac. L'impact sur la circulation générale en ville sera minime. La congestion de notre ville garantie au vu de l'augmentation importante projetée par le rapport "Mobilités 2030" de Mme Künzler et le U Lacustre indispensable. Tous ceux qui ont refusé la traversée de la rade refuseront celle du lac.

Écrit par : Pierre Jenni | 06/10/2017

Oui, vous confirmez je pense ce que décrit le graphique, personne ne passera d'une rive à l'autre de la ville proprement dite par la traversée autoroutière du lac. Mais il semble qu'il y aura 21'000 véhicules qui passeront par cette traversée depuis Collonges-Belleriv, Corsier, Anières et Hermance pour se rendre sur la côte vaudoise, plus loin en Suisse, ou à l'aéroport. Il en est de même de 15'000 Français de Thonon-Evian. Tous ceux-ci ne passront plus par le Pont du Mont-Blanc. Sa charge sera de 57'000 vhc/j dans la variante 1, de 59'000 dans la varaiante 3c (GeReR), alors qu'elle monterait à 87'000 si rien n'est fait d'ici 2030.

Écrit par : weibel | 06/10/2017

L`aéroport international est indispensable a la Geneve internationale mais vaut-elle la peine de défigurer a jamais la Rade, mettre en péril son équilibre écologique et endetter le canton pour des décennies? Faire passer les Gaulois et ceux de la rive gauche qui vont a l`avion ou en viennent, pas certain qu`il n`y ait pas une solution plus rationnelle. Par exemple un métro mi-souterrain, mi-aérien... Évidemment, il leur faudrait renoncer a la voiture jusqu`a ou depuis l`aéroport. Il vaudrait la peine de se creuser un peu plus les méninges. Quant a ceux qui veulent absolument utiliser leur teufteuf, pourquoi ne se contenteraient-ils pas d`un service régulier de ferry. De toute maniere, il est probable ni les Francais ni les Vaudois ne mettront la main a la poche pour ce projet, a moins de leur donner a choisir entre le cofinancement de cette absurde traversée de la Rade ou un péage salé pour la traversée de Geneve.

Écrit par : J.S. | 06/10/2017

Oui, vos arguments sont intéressants. Voyez s'il vous plaît ce lien, parmi beaucoup d'autres: http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2017/07/30/un-pont-ou-un-tunnel-un-peage-ou-pas-une-ppp-ou-pas-et-si-l-etat-se-posait.html

Visitez aussi, comme je le recommande aux lecteurs, le site www,gerer.ch. Vous verrez que d'aucuns se creusent un peu les méninges.

Écrit par : weibel | 06/10/2017

Dans son analyse l'état sous-estime les trop longs trajets depuis la ville pour rejoindre le diffuseur de Rouelbeau. Bruit additionnel; embouteillages prévisibles sur la route de la Capite (2 pistes à ce jour), traversée du village de Cologny (eh oui!), CO2 en quantité supplémentaire par rapport à un tracé véritablement péri-urbain.

Je n'ai pas connaissance du tracé exact d'accès choisi par l'Etat pour rejoindre la route de la Capite et la Pallanterie, mais selon mes connaissances et les cartes de la région, on passe dans le village de Cologny.

Une alternative d'accès à Rouelbeau (très léger détour) passe par Vésenaz. Ce tracé est déjà encombré par le trafic Genève-Douvaine-Thonon. L'Etat fait le relativement "bon" choix (dans un contexte hasardeux)en préselectionnant la route de la Capite, malheureusement sous-dimensionnée pour un accès à l'autoroute digne de ce nom.

Petite précision pour une bonne analyse de l'affaire: Cologny est peuplé, comme chacun le sait, d'adeptes du développement économique (dont je suis), à condition que cela ne soit pas sous ses fenêtres...


----- Original Message ----- 2

Écrit par : chabloz | 06/10/2017

Cher Monsieur Weibel, je vous rassure tout de suite: le tracé passant par Collonge-bellerive ne peut etre que de la poudre aux yeux. S`il en était autrement, pensez-vous que les tres puissants qui ont leurs propriétés a deux pas de la et qui -cela se comprend- n`ont aucune envie de se retrouver au bord d`une quasi-autoroute bruyante et puante n`auraient pas déja cassé la baraque (au figuré, s`entend)? Pour ne citer que les plus célebres: le roi d`Arabie saoudite, l`Aga Khan, un célebre banquier genevois, un non-moins célebre milliardaire fan de voile et j`en passe.

Écrit par : le fantome de la plage | 07/10/2017

Au fantôme de la plage.

Votre intéressant point de vue renforce encore la pertinence de la question à laquelle je cherche une réponse depuis bientôt 5 ans : qui a décidé, en 2009 ou 2010, ce tracé ? Je suppute 2009 ou 2010 parce que c’est en mars 2011 qu’a été rendu public le rapport du canton où je trouve la preuve que ce tracé a été décidé en parfaite mauvaise foi, et qu’il a fallu une année ou deux pour en pousser aussi loin l’étude.

Mais alors ?

Votre argument ne pouvait être ignoré de la ou des personnes qui ont décidé de ce tracé, appartenant évidemment à l’administration. Faudrait-il penser que cette ou ces personnes ont décidé de ce tracé pour faire échouer le projet de traversée du lac ?

En voilà une hypothèse à creuser, digne d’un roman de Gaston Leroux !

Écrit par : weibel | 07/10/2017

"...pour faire échouer le projet de traversée du lac?" Je crois plutot qu`ils rigolent doucement car ils savent que le financement du projet est illusoire. Ces gens-la ne sont pas seulement fortunés et influents, ils sont également intelligents et bien informés. Ils savent que d`ici tres peu d`années la voiture électrique aura conquis la riche région de Geneve et que, des lors, les bouchons ne generont plus que ceux qui y moisiront (fini la pollution directe). Le feu vert sera alors donné a la généralisation du systeme de la voiture partagée. Or, les grands fabricants de voiture le disent assez, un systeme efficace de voiture partagée devra etre financé par le privé. En clair, ce sera a la fois une tres bonne affaire commerciale et le moyen de conserver une bonne qualité de vie a Geneve sans transformer la Rade en Gruyere.

Écrit par : le fantome de la plage | 07/10/2017

Je ne rendrai pas public un commentaire reçu en 2 exemplaires à 15h30, proposé sous pseudo, parce qu'il cite des évènements qui me sont totalement inconnus, en évoquant en outre des pratiques illégales.

Écrit par : weibel | 07/10/2017

Vous avez raison, pas la peine de vous faire des ennemis pour si peu.

Écrit par : J.S. | 07/10/2017

La personne dont je ne publierai pas le commentaire (voir ci-dessus) m'a fait parvenir par l'interrmédiaire du blog un meessage, accompagné d'une adresse de courriel. Je lui ai répondu à cette adresse, qui s'est révélée erronée, le système m'en a informé.

Écrit par : weibel | 08/10/2017

Les commentaires sont fermés.