05/05/2018

En variant le ton

 

2017.07.03  Schéma GeReR Rail Traversée non dessinée.jpg1. Entre 1980 et 1987, autorités et CFF ont adopté le projet de la boucle ferroviaire par l’aéroport, réalisée par une ligne nouvelle reliant la ligne de La Plaine à celle de Lausanne. Chaque train visitant Genève depuis la côte vaudoise traversera désormais Cornavin plutôt que de devoir y rebrousser chemin.

2. Parce qu’on ne disposait pas de suffisamment d’argent, parce qu’on n’était pas très sûr de l’avenir du système ferroviaire (le TGV venait de naître, en 1981 !), parce qu’il n’était pas urgent de le faire, on a décidé de ne réaliser qu’une 1ère étape de la boucle, celle qu'on connaît.

3. Aujourd’hui, le succès est là, la capacité du nœud ferroviaire de Genève doit être augmentée.

2017.07.03  Schéma Etat Rail sans Raquette.jpg4. Autorités et CFF oublient la conception originelle. Plutôt que de réaliser la boucle, ils décident de construire 4 voies à quais supplémentaires à Cornavin.

5. D’abord en surface, au même niveau que les voies actuelles, ça coûte 790 millions, qui sont décidés par l’Assemblée fédérale.

6. Les Genevois ne sont pas d’accord, ils veulent que les 4 voies supplémentaires à Cornavin soient enterrées. Autorités et CFF se rallient au vœu des Genevois. Cela coûtera 2,7 milliards au lieu de 790 millions.

2017.07.03  Schéma Etat Rail.jpg7. Mais sans rien n’offrir de mieux. Au contraire, c'est nettement moins bien. La gare de l’aéroport restant en impasse, sa capacité ne lui permet pas d’accueillir plus que les 8 trains de grande ligne venant de Lausanne : 4 intercités directs, et 4 interrégionaux (Morges-Nyon). Pas de liaison directe avec la rive gauche, pas de liaison directe avec la Plaine. Autorités et CFF envisagent donc en plus la « raquette » et sa propre gare de l’aéroport, coûtant au moins 2,0 milliards, portant le coût total à 4,7 milliards.

8. Autorités et CFF prétendent que leur concept permet d’offrir le passage de 61 trains par heure à travers Cornavin. Or il n’en est rien : l’étude menée à leur demande par le groupement d’étude EPFL/Professeur Tzieropoulos – CITEC Ingénieurs conseils SA montre que la capacité de Cornavin après réalisation des 4 voies à quai supplémentaires ne dépasserait pas 48 trains par heure. Malgré une dépense de 4,7 milliards, il manque une capacité de 13 trains par heure, 27 % !

9. Cette étude montre aussi que la capacité actuelle de Cornavin est de 30,5 trains par heure. C’est la moitié de l’offre souhaitée par les autorités et les CFF, de 61 trains par heure. La boucle, dont on a vu qu’elle permet de diviser par deux la capacité nécessaire de Cornavin, suffit à l’offre souhaitée par les autorités et les CFF, en ne coûtant que 740 millions.

Il n'est certainement pas trop tard pour examiner la chose. Certes, quelques millions sont déjà engagés dans des études de la solution des autorités et des CFF. Mais que sont ces quelques millions par rapport aux 4 milliards de différence entre leur conception actuelle et leur conception d'alors!

Pour en savoir plus: www.gerer.ch

10:43 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ref. votre demande de soutien d'un juriste: Avez-vous avancé, entre lancer une pétition en ligne pour récolter des signatures, déposer une demande d'initiative cantonale (détails à obtenir auprès de la Chancellerie), et lancer un referendum populaire?

Écrit par : divergente | 05/05/2018

Comment ne pas approuvé cette judicieuse proposition ?
Elle relève du bon sens.

Écrit par : Berner | 17/05/2018

Les commentaires sont fermés.