14/12/2018

A la gare des Eaux-Vives, la grande déprime des commerçants

Fréquentation en baisse, chiffre d’affaires en chute libre et, parfois, abandon, les restaurateurs autour du chantier du CEVA ont le moral en berne.

 

«Commerces ouverts», indique un panneau au seuil de l’avenue de la gare des Eaux-Vives. Une information qui n’est pas de trop tandis que l’on contemple le triste spectacle qu’offre cette rue emblématique du quartier de la rive gauche, surplombée par l’agence immobilière Bernard-Nicod. Trottoir à la limite du praticable, aucune place de parking à l’horizon et décor sinistré:  l’animation c’est du côté du chantier du CEVA, auquel l’artère fait face, qu’il faut la chercher.

 

Fermeture de deux restaurants

 

«Ce chantier a bousillé le quartier. Tout le monde pleure»,  se désole une cliente du Snack Bar en cet après-midi pluvieux. Et pour cause. 

. . . 


Vous trouvez la suite de ce titre et de ce texte à l’adresse suivante :

https://comedie2020.letemps.ch/la-grande-deprime-des-comm...

Il est dû à la plume de Madame Emilie Mathys, décrivant au nom de l’administration de La Comédie de Genève la désolation que peuvent produire de tels chantiers ferroviaires en pleine ville.

Ce texte esquisse ce qui attend les habitants et les commerçants proches des chantiers d’enfouissement des deux extensions souterraines susccessives de la Gare de Cornavin. D’abord, une 1ère  étape, coûtant 1,65 milliards (le coût du CEVA tout entier !), entre 2024 et 2031 obstruant les zones suivantes :

  • Secteur Châtelaine: 6 ans
  • Rue Voltaire: 6 ans
  • Rue Dassier: 3 ans
  • Ilot Pépinière: 5ans
  • Secteur Cornavin (l'entier de la Place Montbrillant): 5 ans
  • Rue du Valais: 4 ans.

Ensuite, probablement dès 2035, une seconde étape défonçant à nouveau la rue Voltaire, la rue Dassier, l’ilôt Pépinière et la place de Montbrillant, estimé à 1,0 milliard, s’étendant sur 5 années supplémentaires. http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2018/12/01/genevois-r...

C’est ce programme, habitants et commerçants de ces quartiers, que vous promet votre administration en charge de la mobilité.

Vous lirez alors, la gorge serrée, des titres de ce genre :

Entre Cornavin et Châtelaine, la grande déprime des commerçants.

 

Habitants des Grottes, des Délices, des Charmilles, vous avez prouvé savoir vous mobiliser contre les folies des administrations.

Celles-ci, malgré toutes leurs compétences, fédérales, cantonales, ferroviaires, ne vous ont même pas proposé, lorsque vous avez réalisé le désastre de démolition qu’aurait provoqué l’extension en surface du bas des Grottes, de revenir au projet initialement prévu, dès 1980, de résoudre le problème de capacité du nœud de Genève grâce à la boucle de l’aéroport.

La boucle de l’aéroport rend inutile tout chantier en ville.

18:08 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur,
Habitant de la Servette, je suis entièrement convaincu par vos arguments. Hélas, tout le monde se moque de la gare de Cornavin à Genève, la plupart des gens n'ayant pas de vue allant plus loin que leur coin de rue. Mais dans un canton qui a pu élire une nullité telle que Pierrot, qu'attendre des autorités? Elles ont vendu aux CFF les habitants du quartier de la gare, point barre. Il faudrait virer nos sept pieds nickelés, et mettre des gens intelligents et clairvoyants en place, et alors cela ira mieux, un peu! Cela dit, plus je prends de l'âge et plus je comprends les abstentionnistes...
Cordialement,
Jacques Louis Davier

Écrit par : Javques Louis Davier | 14/12/2018

Répondre à ce commentaire

Quelle histoire que cette question de la gare de Genève.
Pendant ce temps le bon peuple est distrait par le récit des sottises de quelques élus stupéfiés par les privilèges de leur fonction.
L' affaire de Monsieur Maudet devrait être maintenant réglée. Ce combattant (en un mot, et c'est de lui, dit-on), ce guerrier devrait avoir la fierté de tirer sa révérence. Cela ne l'empêchera pas, le cas échéant, d'aller ferrailler devant les tribunaux. Alors le CE pourra passer aux choses sérieuses comme la question ferroviaire autrement plus importante que le destin du Gendre idéal 2.0.

Écrit par : nEno | 15/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je l’ai déjà clamé haut et fort. Notre gouvernement s’occupe plus de leur prestige que de la bonne gestion de notre canton. Quand verrons -nous des autorités responsables et raisonnables ?
Y-a-t-il des dessous de table pour ne pas se pencher sur d’autres suggestions intelligentes et bien moins onéreuses, et bien moins impactantes ?
Cet aveuglement est vraiment rageant.
DB

Écrit par : Berner | 16/12/2018

Répondre à ce commentaire

Oui c'est sûr: une fois que les politiques ont décidé, ils ne reviennent en arrière que forcés. Mais ce n'est pas du tout impossible en Suisse de les y forcer. La preuve en a été donnée par les gens des Grottes, qui n'ont eux malheureusement pas su qu'il y avait encore une bien meilleure solution que celle qu'ils ont réussi à imposer.

Il arrivera un moment où les bêtises que les administrations ont soufflées aux politiques affronteront la réalité, et s'y fracasseront. Lorsque ce moment sera venu, il faudra être prêts.

Faites votre possible pour convaincre vos proches, vos voisins, vos amis. Convainquez-les d'à leur tour répandre la bonne parole.

Écrit par : weibel | 16/12/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.