DOMAINE PUBLIC s'étonne

Monsieur Jean-Daniel Delley, pilier de Domaine public, « s’étonne du désintérêt manifesté par les instances cantonales et fédérales alors même que sont en jeu des investissements importants, des chantiers qui vont perturber la ville durant des décennies et des décisions qui marqueront pour longtemps la mobilité dans la République ».

A lire ici. https://www.domainepublic.ch/articles/34640

Commentaires

  • "Domaine Public" est une publication de qualité à diffusion confidentielle! La phrase citée par M. Weibel est un excellent condensé du traitement politique de cette "Genferei" à laquelle on doit attribuer une médaille d'or toutes catégories.

    La méthode de dire la vérité, toute la vérité, mais de bien s'organiser pour que personne n'entende est une vieille méthode marxiste largement pratiquée dans les anciennes démocraties populaires européennes. Cette méthode permet à la classe ouvrière de s'exprimer et aux dirigeants de faire à leur guise.

  • Dans cette affaire (à venir, car elle va forcément éclater au grand jour), les partis politiques et le Grand Conseil genevois se sont fait phagocyter comme des enfants de chœur par l'OFT et les CFF. Aujourd’hui, ils sont plus que gênés aux entournures et quand on les interroge, ils bottent en touche ou ne répondent pas. Il s’agit bien d’une bombe à retardement, cette histoire d’agrandissement de la gare Cornavin, qui nous ramène dix ans en arrière quand un collectif de citoyens s’était opposé – avec succès – au même agrandissement, mais en surface, car il impliquait la destruction d’une partie du quartier des Grottes. Aujourd’hui, cette même partie du quartier sera rasée si le projet de l’OFT et des CFF se réalise. Le Collectif va donc sortir du bois, les citoyens vont se réveiller, et les partis, ainsi que le Grand Conseil, tout penauds, seront humilié une nouvelle fois à cause de leur incurie.

  • Votre commentaire est éclairant.

    Les CFF disposent du savoir ferroviaire, l'OFT dispose du pouvoir, puisqu'il paie. Ils sont donc obligés de s'entendre, parce que savoir sans avoir d'argent est aussi inutile que de disposer d'argent sans savoir comment l'investir.

    Face à ce couple malsain, les forces de l'administration genevoise sont modestes. Vous voulez ça? demande l'OFT: ce n'est pas possible, c'est trop cher. Vous voulez ceci? demandent les CFF: ce n'est pas possible, c'est techniquement impossible.

    Et c'est ainsi que les députés ont pu être menés en bateau.

  • La démocratie directe seule juge de paix : si les deux projets pareillement étudiés et calculés arrivaient devant le peuple, pour lequel celui-ci et les partis voteraient-ils ? Celui à cinq milliards pour une mise en service au mieux en 2045 ou celui à un milliard pour une mise en service en 2030 ?

    C'est donc bien le peuple qui devra trancher et pour ce faire, les administrations concernées seraient bien inspirées de diligenter au plus vite une étude exhaustive du projet de l'association GeRER.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel