La boucle? c'est la raquette 20 ans plus tôt, 4 milliards moins cher, sans chantier en ville

Le premier schéma illustre la façon dont les administrations comptent résoudre le problème de capacité du noeud ferroviaire de Genève, en trois ouvrages:

  1.  A Cornavin, une nouvelle gare souterraine composée d'un quai à deux voies, appelée Cornavin 2,
  2.  10 ans plus tard, à Cornavin toujours, une nouvelle gare souterraine composée d'un quai à deux voies, appelée Cornavin 3,
  3.  une nouvelle gare à l'aéroport, appelée Aéroport 2, et une nouvelle ligne Cornavin - Aéroport 2 - Zimeysa, appelée "raquette", puis "diamétrale".

2018.09.17.1 Comparaison topologie.jpg

La "raquette" a pour fonction de suppléer à l'insuffisance de capacité de l'actuelle gare en impasse de l'aéroport, Aéroport 1, dont la capacité est limitée à 8 trains par heure: pendant une heure, ce sont au maximum 8 trains qui peuvent entrer en gare et autant bien sûr qui en sortent. La capacité d'Aéroport 1 est donc épuisée par les seuls trains de grandes lignes, et ne peut accueillir aucun train régional, ni depuis La Plaine, ni depuis le CEVA, ni depuis la Côte vaudoise.

Les deux extensions de Cornavin, Cornavin 1 et Cornavin 2 sont indispensable pour permettre aux trains venant du CEVA d'emprunter la "raquette" et donc desservir l'aéroport.

La "raquette" ne donne pas d'accès direct (sans rebroussemment) à l'aéroport pour des trains venant de la Côte vaudoise.

 

Une légère modification du tracé de la "raquette" ne change rien, ...

2018.09.17.2 Comparaison topologie.jpg

... pas plus qu'une modification plus marquée ...

2018.09.17.3 Comparaison topologie.jpg

... ou plus marquée encore ...

2018.09.17.4 Comparaison topologie.jpg

... même ainsi ...

2018.09.17.5 Comparaison topologie.jpg

Même ainsi, la gare actuelle de l'aéroport ne peut recevoir par heure que  8 trains de grandes lignes, ce qui rend indispensable la seconde gare de l'aéroport, Aéroport 2, pour recevoir des trains régionaux.

Et à Cornavin, les gares nouvelles Cornavin 2 et Cornavin 3 restent indispensables.

 

Et puis, le miracle: le court tronçon de ligne qui raccorde la "raquette" à la ligne de Lausanne à proximité de la halte de Genthod-Bllevue rend inutile Cornavin 2, rend inutile Cornavin 3, rend inutile Aéroport 2.

2018.09.17.7 Comparaison topologie.jpg

La gare actuelle de l'aéroport, rendue traversante comme l'est celle de Zurich Flughafen, qui comprend le même nombre de voies,  peut désormais accueillir 24 trains chaque heure soit 16 de plus qu'actuellement.

A Cornavin le trafic peut être fortement réduit. autrement dit, à l'inverse, s'ouvrir à d'autres dessertes.

Pour une même fréquence de desserte de Genève, les trains venant de la Côte vaudoise ne chargeront Cornavin que de la moitié. Il peut en aller de même pour les trains visitant Genève depuis Bellegarde et la ligne de La Plaine. Et il pourra en aller de même moyennant une très modeste adaptation du tunnel de François Furet pour les trains visitant Genève depuis Annemasse et le CEVA. Dans les trois cas, la boucle permet de diviser par deux le trafic à Cornavin. Pour par exemple se rendre de Champel à l'aéroport, il sera possible d'offrir 4 liaisons par heure, tout en ne chargeant Cornavin que de deux trains par heure et par sens.

En outre, et surtout: la boucle de l'aéroport, qui coûte bien moins cher que la seule 1ère extension de Cornavin, pourra être réalisée dans le même délai,  en 2030, permettra dès cette date l'intégration de l'aéroport dans le réseau régional, offrant au minimum deux relations directes par heure entre n'importe quelle halte ou gare de la région et l'aéroport.

Il est désormais officiellement établi que la solution de la "raquette", qui rendrait à peu près les mêmes services, (à quels prix, économiques, urbanistiques, environnementaux !) n'existera en aucun cas avant 2045, soit dans 25 ans.

 

Commentaires

  • Quelle abnégation, quelle persévérance M. Weibel ! Comment croire que les responsables administratifs et politiques en charge du dossier puissent encore longtemps rester sourds à vos arguments ? Béni soit le jour prochain ou la pression populaire sera telle qu'ils ne seront obligés de reconsidérer leur projet. En attendant, ne relâchez pas la pression et bravo pour votre travail.

    Ps: un des arguments avancés contre le projet Weibel est celui qui consiste à dire qu'avec la boucle l'horaire cadencé des CFF deviendrait "illisible". Ah, l'on ne savait pas que l'horaire était cadencé s'agissant du noeud de Genève! Les trains grandes lignes depuis Lausanne, départ chaque demi-heure, mettent 36mn de temps de parcours, soit ni un peu moins de 30mn, ni un peu moins de 45mn comme sur le reste du réseau suisse. Si on ajoute à cela le trafic régional, l'horaire est donc déjà largement illisible à Genève. La boucle ne peut qu'améliorer la situation, en obligeant à retravailler cet horaire grâce aux nouvelles capacités dégagées. Et pourquoi pas, rêvons un peu, un temps de parcours réduit à moins de 30mn entre Lausanne et Genève, car on a bien réussi, il y a presque 20 ans déjà et à grand frais, à réduire celui entre Berne et Zürich à moins d'une heure, au nom justement du sacro-saint horaire cadencé... Un petit effort messieurs.

  • Merci pour vos compliments, n'en jetez pas trop, je ne les mérite pas: j'adore faire ça, je n'ai qu'un seul client, moi, je n'en ai jamais eu de plus agréable.

    La réduction du temps de parcours entre Genève et Lausanne est étudiée par un groupe emmené par le Professeur émérite de l'EPFL Daniel Mange dans le cadre de la CITRAP - Vaud. Il s'agirait de réaliser une ligne nouvelle simultanément avec l'élargissement de l'autoroute, dont les grands rayons de courbure se prêteraient aussi à une ligne à grande vitesse. Visitez le site de la CITRAP-Vaud.

Les commentaires sont fermés.