Das BAV - Bundesamt für Verkehr versteht nur Bahnhof - L’OFT - Office fédéral des transports ne veut rien comprendre

Je suis navré d’ennuyer encore mes lecteurs avec cette démonstration que j’ai déjà si souvent faite. L’OFT ayant refusé de m’entendre, ce blog est le seul moyen dont je dispose pour tenter de corriger les bobards qu’il raconte.

Dans un courrier envoyé à un ami, l’OFT a écrit ceci : « Le projet Weibel occulte les besoins de la clientèle à l’échelle locale et régionale (pas de liaison Genève Rive Gauche-Aéroport) » (c’est moi qui souligne).

Pas de liaison Genève Rive Gauche-Aéroport ? C’est le contraire qui est vrai : mon projet offrira dès 2030 une excellente liaison Rive Gauche – Aéroport, tandis que le concept officiel n’en offrira en aucun cas la possibilité avant 2045.

Voici :

1. 

La gare de l’aéroport, parce qu’en impasse, ne peut recevoir plus de 8 trains par heure. La priorité sera donnée aux 8 trains directs venant de l’est, épuisant la capacité de la gare de l’aéroport : elle ne pourra recevoir un seul train régional, qu’il vienne de La Plaine, de la Rive gauche ou encore de Coppet. Pour pallier cet énorme défaut, l’officialité a prévu, dès 2013 (!), la réalisation d’une nouvelle ligne reliant Cornavin à l’aéroport par le nord : la « Raquette », devenue par la suite « Diamétrale ».

2019.04.04 Boucle = Raquette + Diamétrale page 1 sur 2.jpg

Cliquer sur l'illustration pour l'agrandir

Pour remplir sa fonction essentielle -assurer la desserte de l’aéroport par le trafic régional-, la « Raquette » peut suivre plusieurs tracés. Le tracé définitif résultera le cas échéant d’études complémentaires de trafic, de constructibilité, de coût, etc. Le faisceau arbitraire de tracés que présente la carte a pour seul but d’illustrer l’exigence principale : il s’agit de relier Cornavin à Zimeysa en desservant au passage l’aéroport

2.  

Tous les tracés dessinés satisfont cette exigence, et donc le tracé de mon projet de boucle, qui comprend les raccordements dits « du Vengeron » et « de Blandonnet ».

2019.04.04 Boucle = Raquette + Diamétrale page 2 sur 2.jpg

Ainsi, mon projet comprend la « Raquette ». Contrairement à ce qu’affirme l’OFT, mon projet établit une liaison Genève Rive Gauche-Aéroport.

3. 

Il y a tout de même encore une grande différence. La « Raquette » ne peut être réalisée avant 2045, parce que la Confédération a déjà engagé 1,1 milliard à « Cornavin 1 », ce qui a entrainé comme conséquence que la Confédération, d’entente avec le Canton, a repoussé à 2035 au plus tôt l’étude de « Cornavin 2 » et de la « Raquette », ce qui repousse au plus tôt à 2045 sa réalisation.

Au contraire, la « boucle », qui coûtera moins d’un milliard, peut disposer dès maintenant d’un financement fédéral de 1,1 milliard, aussitôt que l’absurde projet d’extension de Cornavin sera abandonné.

Commentaires

  • A lire la réponse de l'OFT, ils sont aveugles, ignares ou alors les enjeux financiers sont tels que les intérêts des diverses personnes gênent un projet tel que celui de Monsieur Weibel.
    Et tout ceci, avec l'argent du citoyen, c'est à dire le nôtre !

  • Depuis trois ans que je suis ce dossier, je n’ai trouvé aucun argument vraiment pertinent à son encontre. Ce qui me frappe le plus, c’est la faiblesse absolue des arguments des CFF, de l’Office fédéral des transports ou des experts de l’État en faveur de leur solution. En gros « on a déjà voté en 2016 » et « M.Weibel est un casse-pieds ». Les deux sont exacts, mais en regard de 4 milliards de travaux inutiles et 12 années de nuisances infernales en plein centre ville, ça me parait bien... léger.
    Et ces derniers temps, leur silence me paraît assourdissant. Serait-on enfin en train d’étudier le dossier ? Ou d’étudier son projet ?
    Rolin Wavre, député depuis 2018, commissaire aux Transports

  • Puisque l'on semble se référer à un casse-pieds, je confirme aux lecteurs de ce blog que Monsieur Rodolphe Weibel est très compétent sur ce dossier, que son réel acharnement et sa constance servent cette noble cause avec efficacité, professionnalisme et entregent.

  • Je voulais signifier en utilisant ce qualificatif inhabituel, que si c'est le seul reproche que l'on peut faire au projet défendu par M. Weibel, c'est en fait un véritable hommage au projet lui-même. Et un terrible aveu de faiblesse pour ses contradicteurs...

Les commentaires sont fermés.