L’aboutissement du concept de boucle

La solidité du concept de boucle est vérifiée :

2019.04.28 Concept boucle Long terme cahier.pdf

Le nœud de Genève sera à même de recevoir chaque heure les 12 trains de grandes lignes du système cadencé suisse souhaités : 4 intercités IC, 4 interrégionaux IR et 4 express régionaux RE.

Il forme en même temps un réseau régional RER de grande qualité, étendu, dense, incluant l’aéroport, permettant de nombreuses liaisons directes, sans changement de trains, ce poison des transports collectifs.

Pour mémoire : la boucle coûte un milliard, contre 5 pour la solution qu’elle remplace, elle se réalise en une étape, d’ici 2030, évitant d’immenses chantiers bouleversant autour de Cornavin le centre organique de Genève durant deux décennies, jusqu’en 2045.

Commentaires

  • Chapeau !
    On vous devra une fière chandelle.
    J'attends avec impatience les commentaires des milieux concernés.
    Merci

  • Dans le cadre de Rail 2000 et en tant que chef de projet de la 3ème voie Coppet-Genève, j’ai eu l’occasion de diriger les études de boucles reliant Genève-Aéroport à la ligne Lausanne - Genève. Quatre variantes ont été étudiées, de la plus courte à la plus longue. Celles reliant Chambésy, Genthod-Bellevue (identique au projet de monsieur Rodolphe Weibel), Mies et Nyon.
    Toutes ont été abandonnées pour des questions de coût. En effet l’ensemble des projets Rail 2000 pour la Suisse dépassaient les 14 milliards de francs alors que le peuple avait voté un crédit de 5,6 milliards ! Le concept Rail 2000 de l’époque a donc été redimensionné et pour ce qui concerne la ligne Lausanne Genève les infrastructures se sont limitées à l’actuelle 3ème voie Coppet-Genève mais pour une cadence à la demi-heure c’est-à-dire sans les récents îlots de croisement de Mies et Chambésy.
    Concernant les solutions avec boucle, les spécialistes des horaires et de l’exploitation y voyaient deux inconvénients :
    • La boucle inversait la composition des trains et les wagons de première classe partis en tête de quai à Zurich se retrouvaient en queue de quai. Je n’ai jamais su si cet argument était une « zuriquoiserie » ou non.
    • La boucle prolongeait le temps de parcours de 8 minutes, soit pour atteindre Genève Cornavin si on passait en premier par l’aéroport, soit pour atteindre Lausanne si on passait par l’aéroport. Pour cette raison la boucle sur Nyon a été étudiée avec un tracé le long de l’autoroute permettant de circuler à 200 km/h afin de regagner les 8 minutes perdues !
    Ces deux arguments que l’on peut ressortir pour critiquer le projet de l’ingénieur Weibel peuvent être éliminés ainsi :
    La question des wagons de première classe est résolue aujourd’hui depuis que Zurich a perdu principalement son inconvénient de gare en cul de sac par le tracé de la ligne traversante.
    Avec l’augmentation du nombre de trains entre Lausanne et Genève, il suffit d’envoyer en alternance les trains en premier par Cornavin ou par l’aéroport. Le client choisira ce qui lui conviendra.
    Je trouve que le projet de monsieur Weibel est une excellente solution. Il est surtout réaliste compte tenu de son coût.
    Ernest Boget
    Retraité CFF

  • Laudamus veteres sed nostris utimur annis (« Nous louons les anciens, mais nous sommes de notre temps »).

    Dans le projet futuriste de Rodolphe Weibel, c'est cette devise d'Ovide que nous devons appliquer. La "boucle" est un projet ancien, mais simple. Il suffit de l'adapter aux contingences de 2019.

    Regardez le CEVA: le projet date de 1888. On l'a simplement adapté au 21ème siècle et c'est en train de réussir.

    Il n'y a donc aucune raison de "louper" à coup de milliards la deuxième étape de cet ambitieux concept ferroviaire.

  • Un grand merci à Monsieur Boget qui réduit à néant les derniers arguments qui servaient de justificatifs aux CFF et qui sont repris en boucle par nos élus.
    Car c'est là que le bât blesse. L'orgueil des députés qui rechignent à revenir sur leurs décisions malgré l'évidence.
    Immense reconnaissance aussi pour ces travaux complémentaires de Monsieur Weibel qui offre presque une solution clé en mains gracieusement.
    Je suis sous le charme de ces retraités qui continuent à participer et qui font profiter la collectivité de leur immense connaissance.

  • "L'orgueil des députés qui rechignent à revenir sur leurs décisions malgré l'évidence."
    Y aura-t-il un Winkelried pour se sacrifier?

  • "J'attends avec impatience les commentaires des milieux concernés."
    Les milieux concernés font la politique de l'autruche.

  • Je reste tout simplement pantois devant l’extraordinaire travail que tu as mené là, une véritable thèse de doctorat. Tout y est, avec une économie de moyens et une élégance de réalisation sans concurrence. Tu démontres que ton dispositif permet tous les trajets possibles et imaginables dans le Grand Genève, avec ce souci majeur que je partage totalement avec toi, la suppression de tous les transbordements, la plaie du transport public.

    Je n’ai malheureusement ni le temps, ni les capacités professionnelles pour juger toutes les finesses de ton projet, par exemple la nécessité de tous les sauts de mouton. Mais je m’engage à poursuivre mon soutien à ton projet, notamment dans le cadre de notre super projet national de La Croix fédérale de la mobilité.

  • Mille mercis pour ces compliments, éxagérés. Je ne les mérite sans doute pas.

    Les sauts-de-mouton: ils ne sont pas tous nécessaires à l'expoitation que j'esquisse à titre d'exemple, mais peuvent l'être pour d'autres systèmes d'exploitation. Dans la mesure où le projet que je présente constitue une sorte de plan directeur pour un terme lointain, j'ai plutôt cherché à placer des sauts-de-mouton aux endroits à la fois stratégiques et se prêtant à une réalisation facile et économique. Leur réalisation peut être fractionnée dans le temps, au fur et à mesure de l'évolution du schéma d'exploitation.

  • J’ai de plus en plus l’impression que les députés qui ont pris les décisions en 2016 n’avaient pas toutes les informations nécessaires et qu’on a pris bien soin de ne pas les leur donner... à creuser (la piste, pas la gare souterraine...)

  • Bonsoir,

    En lisant le PL11912-A, c'est exactement ce que je me disais: les députés ont été mis sous pression pour prendre une décision rapide sous peine de voire l'argent fédérale partir... Donc ne pas demander au minimum l'étude approfondis du projet de M. Weibel. Qu'en est il de votre projet de loi, M. Wavre (parus dans le GHI) qui demande justement l'analyse en détails de la boucle? Je suis très heureux de voire ce projet recevoir enfin des soutiens politique, merci!

    Laurent

  • Enfin le réveil d'hommes sensés, qui mettent en lumière les arguments judicieux de M Weibel et dénoncent l'aveuglement de ces soi-disants responsables des CFF et des experts du Canton, qui ont enfumé la majorité des Députés.
    Bravo et courage pour cette lutte.
    Avec tout mon appui.
    D Berner

Les commentaires sont fermés.