L’OFT, le DETEC, Madame Sommaruga

2019.01.19 Cartes Daniel côteàcôte.jpg

Monsieur Pierre Jenni, citoyen genevois, patron d’une entreprise de taxis, fin connaisseur des problèmes de circulation que connaît Genève, s’est enquis le 4 février auprès de l’Office fédéral des transports de sa position quant au projet de boucle ferroviaire par l’aéroport que je propose. Il m’a transmis l’échange de correspondance qui s’en est ensuivi, m’invitant à en disposer librement.

La réponse que l’OFT a donnée à Monsieur Jenni trahit une profonde méconnaissance de l’affaire. Voici l’analyse que j’en ai faite.

2019.03.20 De Jenni, Commentaires courriel OFT à Jenni.pdf

L’OFT concluant sa réponse à Monsieuir Jenni par un refus de poursuivre le débat, j’ai jugé nécessaire de le porter à l’échelon supérieur, au secrétariat général du Département, en en informant Madame la Conseillère fédérale Sommaruga.

2019.03.20 Au Secrétaraiat général DETEC.pdf

2019.03.20 A Madame Sommaruga de Wl.pdf

Hélas, en vain. C’est à l’OFT, dont tout indique qu’il est le responsable du désastre qui s’annonce, que Madame Sommaruga a confié la tâche de donner réponse à mes accusations de lourde impéritie. La voici :

2019.06.05 de OFT Füglistaler Réponse DETEC Sommaruga.pdf

La pertinence de cette réponse, la justesse de l’argumentation, témoignent, si c’est encore nécessaire, de la scrupuleuse honnêteté de cette administration.

Commentaires

  • Ce qui m'étonne le plus c'est qu'aucun député du parlement fédéral n'a levé le moindre sourcil sur les agissements de l'OFT. Nous parlons pourtant de plusieurs milliards et les élus s'écharpent pour bien moins que ça à longueur de séances.

    Cette affaire illustre parfaitement le caractère obsolète de notre système de délégation parlementaire. Nous qui sommes si fiers de notre démocratie semi-directe, que nous n'hésitons pas à ériger en modèle, ne semblons pas réaliser l'inertie du système qui tourne en boucle (pas la bonne malheureusement).
    Ainsi, comme nous pouvons l'observer dans ces documents, personne n'assume son rôle.
    Les membres des exécutifs sont dépendants des hauts-fonctionnaires de leurs services qui voient défiler les élus et qui dictent les programmes.
    Les parlements croulent sous une avalanche de points à l'ordre du jour qui seront reportés indéfiniment empêchant d'analyser les sujets en profondeur.
    Les membres qui siègent dans les diverses commissions ne tiennent en moyenne pas un an. La rotation est si conséquente qu'aucun député n'a de notion minimale de l'historique des questions soulevées. Ils n'étudient pour ainsi dire jamais les documents qui leurs sont transmis et se prononcent en fonction des lignes proposés par leurs groupes en caucus, la tête dans un sac.
    Ainsi, on assiste à des votes à l'emporte pièce durant les séances plénières qui valident le travail médiocre des commissions. Et gare aux élus qui remettraient en question ce travail.

    Je dénonce ces dérives sur plusieurs billets de mon blog Post Tenebras Lux. Il est temps d'envisager la suite qui consiste à renoncer à l'échelon parlementaire aussi inutile que nuisible et coûteux pour enfin proposer une véritable démocratie directe. La technologie le permet dorénavant. La blockchain qui est reprise par diverses administrations (Zug et Genève) dans certains services permet la suppression des intermédiaires.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Démocratie_liquide

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel