La 1ère étape à Cornavin, une folle dépense pour presque rien!

Juillet 2013. Une expertise commandée par la Confédération, le Canton et la Ville de Genève a conclu que la solution de l'enfouissement à Cornavin d'un quai et de deux voies supplémentaires était possible.

 

2014.00.00 EPFL Tziero CITEC Basler Carte.jpg

Description: deux tunnels à double voie donnent accès de part et d'autre à la gare souterraine, permettant les deux sens de circulation.

Coût ? 1,24 milliard, alors que la solution en surface était estimée à 790 millions.

Contrepartie? La capacité de la gare de Cornavin passerait de 30,5 départs par heure à 40 départs par heure.

Délai de réalisation: 2025.

2017.08.16 Capacité Cornavin Tzieropoulos.jpg

Décembre 2014. Le montant de 1,24 milliard est très insuffisant. Une contre-expertise est ordonnée.

Octobre 2015. La contre-expertise est rendue.

2016.00.00 Convention-Cadre Cornavin carte.pdf.jpg

Description: le tunnel côté ouest de la gare souterraine ne comprend qu'une voie unique. La seconde voie sera réalisée en même temps que la seconde étape d'extension, pas avant 2045.

Le coût? 1,65 milliard, et un chantier de ce coût bouleversant le quartier pendant 6 années.

La contrepartie? presque rien: la capacité de Cornavin passe de 30,5 à 33 départs par heure (+ 8 %), alors que la solution initiale en proyait 40 ( + 31 %!).

Délai de réalisation: 2031.

2019.04.15 Projet d'offre EA 2025 Etat 10_2018.jpg

Ce graphique représente l'offre ferroviaire prévue par l'Office fédéral des transports après réalisation de la 1ère étape d'extension souterraine de Cornavin, en 2031.

Pour lire ce graphique:

  • les nombres, tous de deux chiffres, indiquent les minutes qui suivant les heures pleines,
  • les nombres serrés contre le rectangle teinté en jaune de la gare indiquent le moment d'arrivée des trains, les nombres un peu plus éloignés indiquent le moment du départ,
  • les petits ronds indiquent les haltes intermédiaires, pleins s'il y a une halte intermédiaire, vides et munis d'un chiffre s'il y en a plusieures.

Il y aura donc vers l'ouest 8 départs par heure en direction de l'aéroport, 6 départs en direction d'Annemasse, 5 départs en direction de La Plaine, et vers l'est 8 départs de trains ayant desservi l'aéroport, et 6 départs de trains ayant desservi Annemasse. Au total 33 départs par heure, alors que la capacité actuelle est de 30,5. L'augmentation, de 2,5 trains par heure, est misérable: 8 %.

 

Et après? Il faudra bien réaliser la seconde étape d'extension de Cornavin. Sans la seconde, on l'a vu, la 1ère ne sert presqu'à rien: Sans la seconde étape, la somme énorme de 1,65 milliard aura été dépensée pour presque rien! Et le chantier de la 1ère étape, énorme, n'aura réduit en rien celui de la seconde.

Et après la seconde étape de CornavinL'aéroport continuera à n'être desservi que par des trains de grandes lignes. Il faudra réaliser la seconde gare de l'aéroport, en sous-souterrain, desservie par la "Diamétrale-Raquette", coûtant deux milliards encore.

 

La solution de la boucle.

Coût: moins d'un milliard.

Contrepartie: 22 dessertes par heure de l'aéroport, 34 dessertes de Cornavin, au minimum 2 dessertes de l'aéroport, de Cornavin, de Châtelaine, de Lancy et des Eaux-Vives depuis toutes les gares et haltes du réseau régional (Coppet - La Plaine - Annemasse), 10 dessertes de Genève par des trains de grandes lignes venant de Suisse.

Date de réalisation: 2030.

 

Commentaires

  • Cher Monsieur,
    Je comprends vos arguments, et les trouve convaincants. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi les politiques ne s'y rallient pas. Y aurait-ils des intérêts cachés là-derrière? Bien à vous, JLD

  • Un groupe de députés a déposé un projet de loi demandant un crédit d'étude du projet de boucle: PL12525.
    https://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL12525.pdf
    Des intérêts cachés? Non. Je dirais plutôt des intérêts inavoués sans pour autant être inavouables: l'intervention d'un inglénieur retraité contestant la justesse de décisions prises par les administrations en charge de ces thèmes ne leur fait pas plaisir. Pluôt que de reconnaître une erreur, elles la nient. Et les politiques qui les ont suivies rencontrent le même obstacle.

Les commentaires sont fermés.