L'offre de la boucle clairement supérieure à celle du réseau prévu par l'Etat

Parmi les nombreuses possibilités d'exploitation de la boucle de l'aéroport, en voici une qui répond bien aux attentes actuelles. Elle offre une desserte horaire de Genève depuis La Côte lémanique par 4 trains de chaque catégorie: 4 omnibus, 4 express régionaux, 4 interrégionaux et 4 intercités, des dessertes depuis l'ouest et depuis le sud également solides.

2019.09.02 Lignes de la boucle.jpg

Une mesure très objective de l'efficacité et de la qualité d'un réseau ferroviaire est fournie par le nombre de relations sans changement de train (en jargon de spécialiste, sans rupture de charge) offertes pendant une heure.

Par exemple: un omnibus circulant entre Coppet et Cornavin offre 55 trajets de cette nature:

  • Coppet-Tannay, Coppet-Mies, Coppet-Pont-Céard, Coppet-Versoix, ..... , Coppet-Cornavin. Mais aussi
  • Tannay-Mies, Tannay-Pont-Céard, Tannay-Versoix, ...., Tannay-Cornavin.
  • Etc. 

Le réseau central créé autour de la boucle, limité par Bellegarde, Annemasse et Coppet, offre 1'149 liaisons de ce type par heure.

Le nombre de relations directes offertes par la boucle pendant une heure se monte à

1'149 

 

Le Conseil d'Etat a fait parvenir à la Confédération, en décembre 2017, un document qui illustre son projet de réseau ferroviaire régional, sous le titre Concept d'Offre 2050. En rouge, quelques références additionnelles.

On peur légitimement considérer que ce schéma constitue le plan directeur du réseau ferroviaire tel que le conçoit actuellement Genève.

2019.09.02 Ligne selon OCT Genève Original.jpg

Ce schéma ne représente que les lignes régionales, 3 lignes omnibus et une ligne Express régionale, parce que les lignes plus directes sont du ressort de la Confédération. Il convient donc de rajouter les lignes directes pour avoir une image d'ensemble de la problématique:

2019.09.02 Ligne selon OCT Genève Redessinées.jpg

Le nombre de relations directes promises par l'Etat pendant une heure se monte à

942 

Cette mesure est inférieure de 20 % à celle de la solution de la boucle. Ceci témoigne de la nette supériorité de l'offre ferroviaire de la boucle.

Il ne faut pas s'étonner de ce médiocre résultat: le plan directeur de l'Etat ne prévoit aucune liaison directe entre les haltes de la ligne omnibus Coppet - Bellegarde d'une part, celles de la diagonale-raquette, Meyrin-Centre, Aéroport, Nations, Lancy-Pont-Rouge, Carouge-Bachet, Champel, Eaux-Vives, Chêne-Bourg et Annemasse.

 

Résumé:

L'offre promise par l'Etat (Confédération et Canton),  en 2050, qui lui coûterait 5 milliards, serait de 20 % moins bonne que celle de la boucle, réalisée en 2030, qui ne lui coûterait qu'un milliard.

 

 

Commentaires

  • Je suppose que Monsieur Dal Busco est occupé sur un autre front actuellement et que le temps lui fait défaut pour se pencher sans a priori sur cet intéressante présentation.
    Merci à Monsieur Weibel. "Ils" ne pourront pas prétendre ne pas avoir été informés.

  • Après tous les problèmes actuellement surgis dans les régies fédérales et même au niveau du procureur de la Confédération, qui osera encode défendre les oppositions à la seule solution garantissant tous les services demandés en 2030 pour moins d'un milliard?
    L'administration genevoise (avec sa dette abyssale), les CFF dont les dépenses lui paraissent indifférentes puisqu'ils reçoivent les fonds de la Confédération et, super deal, dont ils deviennent, en fin de compte, propriétaires?!

Les commentaires sont fermés.