Zürcher Durchmesserlinie – Extension de Cornavin

A Zurich a été mise en service à l’horaire 2016 une nouvelle ligne ferroviaire permettant aux trains de grandes lignes de desservir la gare principale sans y rebrousser chemin. L’insertion dans le système cadencé de cette Durchmesserlinie s’est passée sans le bouleversement de tout le système cadencé que les adversaires de la boucle de l'aéroport de Genève prédisent.

La diamétrale, de 9'580 m de longueur, a été divisée en 4 secteurs :

  1. ce secteur s’étend de la gare d’Altstetten à la gare principale de Zurich, est aménagé en surface, et comprend deux grands viaducs à voie unique formant sauts-de-mouton,
  2. une nouvelle gare enterrée de 2 quais de 2 voies chacun,
  3. un tunnel de 4'700 mètres, et
  4. un très complexe tronçon de 1'100 mètres où se rejoignent et se tricotent les 6 voies des trois tunnels à double voie convergeant à cet endroit, de manière à éviter les cisaillements.

 

Le décompte financier du coût de l’ouvrage est définitivement établi. C’est donc une référence très solide. Voici :

Cliquer sur le tableau pour le.lire en grand format

2019.10.02 Coûts Durchmesserlinie CEVA.jpg

Les deux cartes qui suivent présentent les deux projets, à la même échelle.

2019.10.03 Cartes Durchmes & ExtensCornavin.jpg

A Genève, la 1ère étape du concept  de l’Etat  s’étend depuis les jardins de l’ONU jusqu’aux Charmilles, divisé en trois secteurs :

  1. depuis les jardins de l’ONU jusqu’à la gare souterraine de Cornavin, en tunnel à double voie,
  2. à Cornavin, la demi-nouvelle gare enterrée, à un quai et 2 voies,
  3. de Cornavin aux Charmilles  en tunnel à voie simple.

Le tout mesure 4’420 mètres et coûte 1,67 milliards.

 

La gare souterraine de la Diamétrale zurichoise, avec ses deux quais à deux voies chacun, est à même d’accueillir 12 trains par sens, 24 en tout. La gare souterraine de Cornavin ne pourrait en accueillir que 8 en tout, roulant tous dans le même sens, de l’est vers l’ouest. Pour que Genève dispose d’une infrastructure analogue à celle de Zurich, il faudrait attendre 2045 au plus tôt, et dépenser un milliard de plus pour la seconde extension souterraine de Cornavin.

 

Un chantier de plus d’un milliard en plein centre névralgique de Genève, bouleversant la place de Montbrillant, le bas de la rue de la Servette, le bas du quartier des Grottes, ce serait déjà trop. Deux chantiers d’un milliard qui se succéderaient, au même endroit, à dix années d’intervalle, ce serait insensé. D’aucuns prétendent que la décision en a été prise parfaitement démocratiquement. C’est au moment des procédures d’approbation, lors des enquêtes publiques, que les citoyens apprendront ce qu’il leur est demandé de subir, en même temps que ce qui leur aura été soigneusement caché jusqu’alors : qu’il y a une autre solution qui résoudrait parfaitement le problème de capacité du nœud ferroviaire de Genève en leur épargnant le désastre : la solution de la boucle.

Ils décideront alors, en toute connaissance de cause.

Commentaires

  • J'attendais ce billet depuis un moment. Merci pour cette démonstration.

  • Bravo pour tous vos articles dont celui-ci, à chaque fois parfaitement documentés, toujours soigneusement étayés par tous graphiques, où nous lambdas pouvons lire la logique en cours, clairement exposée.

    Quant aux intérêts en mains privées qui gravitent et bloquent tout flux décisionnel au sein de notre République de Genève, autour de Cornavin & in extenso, de la "boucle", au coeur de cette faillite politique,

    s'il est impossible d'en développer les rouages ici (ref. intrications multiples entre Gva Aeroport, affaires Maudet-Koury ainsi qu'autre Sté étrangère idem, aux capitaux "sulfureux", en l'occurrence ex-URSS, propriétaires de ces terrains jouxtant l'aéroport achetés "inconstructibles", les premiers et les derniers ayant le même rouage en commun via avocat genevois),

    que les lecteurs de votre billet et votants se réfèrent, pour ne rester qu'aux astronomiques dérives financières, au seul dépassement pharamineux des coûts réels du CEVA (cf article TdG de ce jr).

    Ce qui couve ainsi depuis si longtemps va faire des dégâts pour les Genevois, avant même d'exploser.

  • Courage et persévérance!
    A lire certains articles dans la presse, on peut penser que certains commencent à s'inquiéter. Monsieur Hiltpold est cité qui aurait dit que la solution de la boucle ne saurait rendre inutile l'agrandissement à Cornavin.
    Au moins a-t-il prononcé le mot tabou.

  • Oui. Monsieur Hiltpold est un des signataires du projet de loi demandant un crédit de 1,8 millions pour étudier la boucle. Espérons que l'étude le convaincra de l'inanité de réalsier à la fois la boucle et la 1ère étape d'extension souterraine de Cornavin.
    Voici la liste des signataires:
    Mmes et MM. Rolin Wavre, Cyril Aellen, Patrick Dimier, Pierre Nicollier, Pierre Conne, Fabienne Monbaron, Jacques Béné, Serge Hiltpold, Murat Julian Alder, Philippe Morel, Diane Barbier-Mueller, Marc Falquet, Christina Meissner.

Les commentaires sont fermés.