UA-92318518-1

19/06/2017

L’Etat a déjà condamné la boucle ferroviaire de l’Aéroport.

Pour agrandir  l'image, cliquez sur elle

2016.03.04 Boucle Aér. côte à côte GeReR & Etat.jpg

En 2018, dans une année, commenceront les travaux d’élargissement de deux à trois voies par sens de circulation du tronçon autoroutier compris entre l’aéroport et le Vengeron. Ce chantier nécessite de démolir et de remplacer 4 ponts, de revoir de fond en comble la jonction du Grand-Saconnex, et traverse la halle 6 de Palexpo.

Le projet Genève Route et Rail propose une boucle ferroviaire que réaliserait le prolongement de l’antenne ferroviaire de l’aéroport jusqu’à ce qu’elle rejoigne la ligne de Lausanne peu avant la halte de Genthod-Bellevue. Ce nouveau tronçon ferroviaire longerait donc l’autoroute sur le tronçon à élargir.

L’Etat n’aura rien fait pour réserver ce tracé ferroviaire. Autant dire qu’il a ainsi condamné ce projet de boucle ferroviaire, parce qu’il tient mordicus à son absurde « raquette ». Cui bono? à qui la "Raquette" profitera-t-elle? Je fais parvenir une bouteille de Dézaley à ceux qui pourraient me fournir une réponse raisonnable !

Quelle différence y a-t-il entre démocratie et dictature ? En dictature, le pouvoir s’adresse à ses administrés en leur intimant « ferme-là ! », en démocratie, le pouvoir susurre « cause toujours !». Genève est donc bien une démocratie.

En Suisse, et à Genève, la démocratie est assez directe, grâce notamment aux droits de referendum et d’initiative. C’est le dernier recours que je peux imaginer contre le refus de l’Etat de Genève de ne serait-ce qu’examiner le projet Genève Route et Rail, de le mettre en parallèle avec ses propres projets, et d’informer les citoyens du résultat de cette analyse.

Pour aller plus loin :

http://www.gerer.ch/

https://sites.google.com/site/geneverailroute/etude

13:09 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

12/06/2017

Traversée du Lac. Y a-t-il anguille sous roche?

La précédente note mérite quelques compléments et précisions.

Pour agrandir l'illustration, cliquer sur elle

2017.06.01 Traversée du lac les 3 projets.ipg.jpg

Tracé de l'OFROU: 15,1 kilomètres, entre 4,2 et 5,0 milliards, entre 278 et 331 millions par kilomètre.

Tracé de l'Etat: 12,8 kilomètres, entre 3,1 et 3,7 milliards, entre 242 et 289 millions par kilomètre.

Tracé GeReR: 8,8 kilomètres, 2,4 milliards, 272 millions par kilomètre. Le supplémment pour la traversée ferroviaire coûte environ 1,0 millilliard (voir note (1) en bas de page), ce qui amène le coût total d'une traversée mixte au coût (médian) de la variante de l'Etat, environ 3,4 milliards.

 

L'étude de l'OFROU a été faite deux ans après celle de l'Etat, sur les bases de celle de l'Etat: même tracé général, mêmes points de départs et d'arrivée, même nombre de jonctions, prévues dans les mêmes zones. Mais sur ces bases, le tracé est tout de même assez différent, presque 20 % plus long, et coûte 35 % de plus. Qui s'est trompé? Pourquoi l'OFROU a-t-il modifié le tracé prévu par l'Etat? L'Etat ignore délibérément ces importantes divergences, et s'en tient à son tracé originel, et à sa propre estimation de son coût. Il y a anguille sous roche.

Le fait que le tracé de l'OFROU soit relativement proche de celui de l'Etat ne signifie pas que l'OFROU rejetterait, s'il était amené à étudier la traversée du lac dans un contexte plus général que celui de la surcharge du tronçon de l'A1 entre Perly et Le Vengeron, le tracé de GeReR. L'OFROU a bien spécifié le contraire. Cette note  explicite cela:

http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2017/03/11/traversee-du-lac-pourquoi-ce-trace-pourquoi-ne-pas-faire-les-282654.html

 

(1) Voilà un milliard qui serait bien mieux placé ici que parmi les deux milliards que l'Etat compte dépenser pour la "Raquette" et sa propre gare de l'Aéroport, nouvelle, sise en-dessous de la gare actuelle, totalement inutile.

Pour aller plus loin :

http://www.gerer.ch/

https://sites.google.com/site/geneverailroute/etude

11:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/06/2017

Le Conseil consultatif vient en aide au tracé de l’Etat: une dialectique habile, mais biaisée

Le Conseil consultatif mis sur pied par l’Etat pour examiner l’alternative « pont » ou « tunnel » de la traversée du Lac a rendu public hier un communiqué de presse. Il informe avoir reçu deux représentants de l’Office fédéral des routes, et fait ce commentaire :

« Les représentants de l'Office fédéral ont notamment rappelé au conseil les principales conclusions de leur étude de faisabilité relative à la suppression des goulets d'étranglements de 2013, dans laquelle étaient notamment évaluées plusieurs variantes de bouclement autoroutier et qui a conduit à confirmer l’adéquation du tracé aujourd’hui retenu par le canton de Genève, à savoir une liaison de 14 km entre le Vengeron et Thônex-Vallard avec deux jonctions nouvelles dans les environs de Rouelbeau – La Pallanterie et Puplinge. »

Habile dialectique: elle évoque une "adéquation du tracé", mais ne précise pas de quel tracé il s'agit, ni ce à quoi ce tracé serait adéquat.

La Confédération prend en charge le réseau des routes nationales. Elle a le devoir d'équité. Elle s'est organisée dans ce but, met en oeuvre des méthodes d'analyse qui lui permettent de l'atteindre. Si elle ne le faisait pas, les cantons lésés se chargeraient de le lui rappeler.

Lire la suite

15:47 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |