Le héraut des adversaires de la boucle?

Une lettre de lecteur, datée du 4 décembre 2019, est publiée aujourd’hui par la Tribune de Genève. La voici intégralement (en bleu) :

 

Questions autour de l'extension de la gare Cornavin

Genève, 4 décembre

Dans son blog sur le site de la Julie (tdg.ch) et à chaque occasion, un ingénieur attaque l’extension en sous-sol de notre gare Cornavin. Ces deux voies (planifiées pour 2031) bénéficient d’un financement de 1,7 milliard, dont 0,5 d’avances remboursables accordées par Genève.

Cette étape permettra d’introduire, entre autres, des circulations au quart d’heure sur la ligne du Mandement, un réel minimum avant d’autres améliorations impératives. Les phases ultérieures de la stratégie ferroviaire genevoise (passage à quatre voies de l’extension en sous-sol de Cornavin, diamétrale de Bernex) devront être validées au niveau fédéral à l’avenir.

En date du 27 octobre 2019, ce monsieur a écrit, au sujet de ces carrousels ferroviaires de rebroussement empruntant la boucle de l’aéroport encore à réaliser, qu’ils ne remplacent pas «la seule première étape d’extension de Cornavin du concept officiel». (c’est moi qui souligne)

Cette obscure formulation permet de dissimuler qu’il s’agit en réalité de l’extension en surface avec destruction d’immeubles aux Grottes envisagée à l’origine par les CFF.

Rien de surprenant, car le point 8.4 de la convention de décembre 2015 liant le Canton de Genève oblige irrémédiablement à réaliser ladite extension en surface si celle en sous-sol était abandonnée comme le veut cet ingénieur. Bref, en matière de maximalisation des nuisances urbaines, on peut difficilement faire mieux.

Sur le plan des financements, le 1,2 milliard de ladite extension en surface est donc à ajouter au milliard revendiqué par l’intéressé.

On dépasse alors allègrement le 1,7 milliard de l’infrastructure souterraine. Comme les CFF ont rejeté ces propositions, car lésant la clientèle (voir la page 96 du rapport P 1977 de notre Grand Conseil en septembre 2016), la part cantonale, très probablement non remboursable, explosera pour correspondre au moins aux chiffres avancés par cet interlocuteur. Avec quel avantage? Qui remercier pour cette affaire si particulière?

Philippe Ruchet

 

 

Voici l’entier du paragraphe de mon blog du 27 octobre 2019 :

https://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2019/10/27/le-conseil-d-etat-la-boucle.html

La boucle ne remplace pas la seule 1ère étape d’extension de Cornavin du concept officiel, elle remplace les trois étapes dans lesquelles le Conseil d’Etat, en refusant d’entrer en matière, tente d’engager Genève :

  1. la 1èreextension souterraine de Cornavin, évidemment indispensable à
  2. la seconde extension souterraine de Cornavin, elle-même indispensable à
  3. la seconde gare sous-souterraine de l’aéroport avec sa propre ligne de desserte par les Nations.

 

Cette formulation n’a rien d’obscur. On ne voit pas le rapport qu’il peut y avoir entre ce texte et l’extension en surface avec destruction d’immeubles aux Grottes envisagée à l’origine par les CFF. Il n’y a aucune raison pour ajouter au coût de la boucle 1,2 milliards, qui aurait été, selon M. Ruchet, le coût de l’extension en surface. Je laisse le lecteur en juger.

 

Pour le reste :

  1. La ligne du Mandement est aujourd’hui déjà parcourue 5 fois par heure aux heures de pointe, la majorité des haltes entre Cornavin et La Plaine sont alors desservies 4 fois par heure par LémanExpress. Par exemple Satigny, en direction de Cornavin, à 6h59, 7h17, 7h29, 7h45 et 7h58.

 

  1. Oui, la convention-cadre de décembre 2015 stipule qu’en cas de caducité de la convention, la Confédération commandera la réalisation de l’extension de capacité en surface. Elle mobilisera l’armée pour juguler la révolte des Genevois et de leurs autorités, renversera le Tribunal fédéral qui aura statué sur les recours en donnant raison aux opposants. Ce dernier article de la convention-cadre tente l’intimidation, il est grotesque.

 

  1. Le demi-milliard qui serait engagé par la ville et le canton dans l’aventure de la 1ère extension souterraine de Cornavin est un leurre. Le principe en serait ainsi : la somme remboursée par la Confédération correspondrait au coût du saut-de-mouton à Châtelaine, qui serait éludé si la seconde extension souterraine de Cornavin se réalise, et serait remboursé à la Ville et au Canton. Rien à redire à ce principe. Mais le coût du saut-de-mouton ne se monterait en aucun cas à 500 millions, ni même à 280 millions, il se monterait à 50 millions. L’autre saut-de-mouton, à l’autre extrémité de l’ouvrage, au Jardin de l’ONU, sera réalisé lors de la 1ère extension de Cornavin, et a donc déjà été pris en compte dans la répartition financière de cette étape. Il n’est pas question d’avance sur son coût.

 

En résumé : rien de neuf.

 

 

Commentaires

  • Il est stupéfiant que des citoyens écrivent n'importe quoi, montrent de l'outrecuidance et ne réfléchissent pas plus loin que leur bout du nez.

  • De deux choses : soit ce lecteur ne sait pas lire, soit il est malhonnête.

    Cette citation tronquée est un procédé qui n'honore pas l'auteur de la lettre ni le journal qui ne l'a pas averti de cette incorrection.

    De qui se moque-t-on?

  • Ahah, les intérêts financiers pointent leur nez!

    Par un expert-comptable à la retraite. Ca sait compter les milliards un comptable...

  • Ce lecteur ajoute de la confusion à la confusion déjà bien entretenue par nos autorités, lesquelles se gardent bien d'évoquer "Les phases ultérieures de la stratégie ferroviaire genevoise (passage à quatre voies de l’extension en sous-sol de Cornavin, diamétrale de Bernex)". En effet le citoyen s'imagine que la première étape d'extension réglera tout. Il n'a pas conscience du pataquès qui l'attend, de l'impact environnemental et n'a aucune idée du coût de ces travaux.

  • Cher Monsieur Weibel,
    C‘est agaçant de voir que vous continuez à vous agiter. Vous avez perdu, votre idée n‘est pas une solution. Personne ne vous écoute, et pour votre bien vous devriez passer a autre chose...
    Bien à vous

  • Si vous argumentiez, Quelqu'un, cela lancerait le débat. Et rassurez-vous, nous sommes toujours plus nombreux à partager la thèse défendue par Monsieur Weibel. Le bon sens finira bien par l'emporter.

  • J'ai la bizarre impression de sentir le malaise des autorités avec ces quelques nouveaux acteurs qui viennent tenter de dégommer les projets Weibel. Très timidement d'ailleurs car ils ne participent pas à la discussion.
    Quelque chose me dit qu'ils sont pilotés. Ou même peut-être ne sont-ils que des avatars sous pseudo de membres de l'administration qui tente maladroitement de justifier des choix désastreux.
    Je m'en réjouis car ils donnent de la munition pour expliquer encore et toujours plus en détails l'aberration du projet officiel.

  • Ce qui m'a motivé à m'intéresser à ce débat, puis à y participer activement en déposant un Projet de loi afin d'exiger l'étude sérieuse de la solution de la Boucle, c'est que je n'ai trouvé aucune argumentation sérieuse qui explique pourquoi la boucle était à l'agenda de toutes les autorités jusqu'en 2011 et en ont disparu soudainement. Je dis bien toutes : CFF, OFT, Ville et canton de Genève. Quand on m'avance des objections bidon ou des positions de princpe (style : Berne ne veut pas), ça éveille ma curiosité. Les plus hautes autorités cantonales n'ont jamais pris la peine d'expliquer pourquoi cette solution n'était pas bonne, mais se sont bornées à qualifier nos démarches de "farfelues" dans le meilleur des cas, ou de "scélérates". Qu'un élu du peuple demande des explications et se voie traiter de scélérat, c'est une étrange conception de la démocratie. Ou l'aveu qu'on manque d'arguments... (encore une remarque scélérate, je suppose.

  • "Personne ne vous écoute"
    Cette conter-vérité vous arrangerait bien, n'est-ce pas?
    Lisez donc les autres commentaires. Mais si par "personne" vous entendez les "décideurs" genevois, vous n'avez effectivement pas tort.

  • Rolin Wavre@ Avez-vous l'impression que vous réussirez à inverser la vapeur ? Ce serait le coup de votre vie. Santo conseiller fédéral subito...

  • Le parti radical a-t-il seulement la capacité d'enrayer l'inexorable marche en avant des constructivistes à tout crin faisant partie de ses rangs ? L'enjeu financier est tel, qu'il faudrait bien plus qu'un seul de ses membres, aussi zélé soit-il, pour inverser la marche de l'histoire !

  • asger@ C'est exactement cela qui m'intéresse. Je pense en fait que si RW jouait ses cartes à fond, mouillait sa chemise et se battait sans faire de compromis avec la majorité de grenouilleurs qui infeste son parti, il pourrait réussir et cela lui donnerait une aura de tous les diables. Je le lui souhaite de tout coeur, mais ily a du travail...

Les commentaires sont fermés.