Adversaires de la boucle plus obstinés qu’éclairés

D’ici 2035, les CFF veulent fondamentalement retravailler tout l’horaire. Ce sont eux qui l’affirment.

Le doublement de la ligne entre Lausanne et Genève prend corps. Une nouvelle ligne permettra de réduire le temps de parcours d’une douzaine de minutes. La ligne de Lausanne à Berne sera corrigée, de manière à réduire le temps de parcours d’une dizaine de minutes, faisant enfin de Lausanne le nœud horaire du système cadencé né en 1985.

D’obstinés adversaires de la boucle prétendent qu’elle ne pourrait être intégrée au système cadencé qu’après de titanesques efforts : « le grand problème consiste surtout à introduire le projet Weibel au niveau suisse. Cela serait un travail de titan. L’idée de M. Weibel nécessiterait donc plusieurs années de travaux pour amener le projet à un niveau satisfaisant d’étude ». Des adversaires obstinés, mais peu au fait de la réalité, ou peu soucieux de vérité.

L’insertion de la boucle dans le système cadencé se réalisera dans le contexte d’une refonte générale des horaires dont elle ne sera que l’un des paramètres.

 

 

Mercredi passé, le Conseil d’Etat du canton de Vaud a présenté sa « Vision 2050 » du ferroviaire vaudois. Son objectif, permettre le développement massif et harmonieux du rail.  Il en a déjà identifié deux grandes pistes : une réduction du temps de parcours entre Berne et Lausanne à moins de 60 minutes, pour que Lausanne devienne enfin également nœud du système cadencé, et une nouvelle ligne entre Genève et Lausanne, doublant l’actuelle. Le Conseil d’Etat n’avance pas de chiffre, mais on peut estimer que cette ligne nouvelle pourrait réduire le temps de parcours de 10 à 15 minutes.

 

La boucle ferroviaire par l’aéroport de Genève modifiera le fonctionnement de la ligne maîtresse du réseau suisse, celle qui relie Genève à Saint-Gall. Elle ne sera plus exploitée en va-et-vient entre deux têtes de ligne, Genève et Saint-Gall,  distantes de 350 km, mais exploitée en une ligne comprenant l’aller et le retour de Saint-Gall – Genève – Saint-Gall. Genève ne sera plus tête de ligne, mais sera le point central d’une ligne de 700 km dont Saint-Gall est à la fois le point de départ et le point d’arrivée. Il faut relever que des trajets ferroviaires de plus de 700 km sont courants en Europe : par exemples Paris – Marseille, Bâle – Hambourg ou encore Turin – Naples.

L’addition de ces trois réalisations,  la boucle de l’aéroport de Genève, la réduction du temps de parcours Berne – Lausanne et la réduction d’environ 12 minutes du temps de parcours Genève – Lausanne modifiera sans aucun doute profondément toute l’exploitation du réseau ferroviaire de la Suisse occidentale, avec de probables conséquences sur le reste du réseau.

Le 23 janvier 2018, la NZZ a publié un article de Monsieur Gauderon, qui était alors le Directeur des CFF en charge des infrastructures. Il y développe un très solide argumentaire concluant « Deswegen planen die SBB den Fahrplan bis 2035 von Grund auf neu… » « C’est pourquoi les CFF planifient d’ici 2035 un horaire fondamentalement nouveau… ».

Monsieur Gauderon, dans son article, expose aussi que les CFF vont introduire la cadence au quart d’heure pour le trafic de grandes lignes. 4 Intercités par heure effectueraient le trajet entre Genève et Lausanne sur la ligne nouvelle.

Voici comment se présenterait un tel trafic:

Deux IC par heure parcourront la boucle dans le sens des aiguilles de la montre,  en commençant par Cornavin :

  • départs de Lausanne à 8h02’ et 8h32’,
  • arrivée à Cornavin à 8h23’ et 8h53’,
  • départ de Cornavin à 8h27’ et 8h57’,
  • arrivée à l’aéroport à 8h33’ et 9h03’,
  • départ de l’aéroport à 8h37’ et 9h07’,
  • arrivée à Lausanne à 8h58’ et 9h28’.

Le temps de parcours de Cornavin à Lausanne sera de 31 minutes, celui de Lausanne à Cornavin de 21 minutes.

Deux autres IC parcourront la boucle en sens inverse, en commençant par Aéroport :

  • départs de Lausanne à 8h17’ et 8h47’,
  • arrivée à Aéroport à 8h38’ et 9h08’,
  • départ de Aéroport à 8h42’ et 9h12’,
  • arrivée à Cornavin à 8h48’ et 9h18’,
  • départ de Cornavin à 8h52’ et 9h22’,
  • arrivée à Lausanne à 9h13’ et 9h43’.

Le temps de parcours de Cornavin à Lausanne sera de 21 minutes, celui de Cornavin d'Aéroport à Lausanne de 31 minutes.

Le système cadencé au quart d’heure sera donc parfaitement tenu.

Les avantages sont immenses :

  • Les temps de parcours entre Cornavin et Lausanne passeront de 33 minutes à 21 minutes sans détour par Aéroport (-12), à 31 minutes via Aéroport (-2).
  • Les temps de parcours entre Aéroport et Lausanne passeront de 43 minutes à 21 minutes sans détour par Cornavin (-22), à 31 minutes via Cornavin (-10).
  • Les temps de parcours entre Genève et au-delà de Lausanne, Viège, Lucerne, Berne, Bienne, Bâle, Zurich, Saint-Gall,  seront également réduits dans de mêmes ordres de grandeur.
  • Le rendement des trains sera considérablement augmenté, le trajet Berne – Genève – Berne sera effectué en 3 heures plutôt qu’en 4 heures actuellement, entrainant un gain de productivité de 25 %.

 

La boucle de l’aéroport, associée à la ligne nouvelle reliant Lausanne à Genève, offre une puissante contribution à la compétitivité du rail, et aux Genevois une considérable amélioration de leurs conditions de voyage et de transport.

Commentaires

  • L’aménagement d’une ligne nouvelle Genève Lausanne, doublant la ligne historique, nécessite de reprendre à la base l’insertion de la boucle de l’aéroport dans l’horaire cadencé national. L’analyse actuelle n’est tout simplement plus valide.

  • Pour être parfaitement d'accord:
    L’aménagement d’une ligne nouvelle Genève Lausanne, doublant la ligne historique, nécessite de reprendre à la base tout le concept des administrations. L’analyse actuelle n’est tout simplement plus valide.

  • Comment ne pas être convaincu par ce projet de boucle raisonnable et bien pensé ?
    Bravo pour vos interventions judicieuses et vos démonstrations tout à fait logiques et sensées.

  • Monsieur,
    C'est vous qui produisez un travail titanesque et qui mérite mieux que la nonchalance de certains notables.

  • "L’analyse actuelle n’est tout simplement plus valide."
    Nier cette évidence n'est plus tenable.

    Vous avez tout démontré, expliqué, analysé, livré en détails, en schémas, cadences y compris.

    Les administrations concernées en sont toutes informées.
    Les citoyens, aussi.

Les commentaires sont fermés.