Boucle en cadence

D’aucuns prétendent contre toute évidence que la boucle ne pourrait s’insérer dans le système cadencé. C’est faux. Plusieurs articles ont été consacrés à cette question, prouvent le contraire, avec soin. Le lecteur intéressé trouvera tout ça aux pages 74 à 77 du Rapport de la commission des travaux du Grand Conseil chargée d’étudier le projet de loi PL 12525-A.

Les adversaires de la boucle, ceux qui ont été entendus par les Commissions, ne se sont pas donné la peine d’étayer leur objection en précisant où, parmi les 4 pages 74 à 77, et en quoi mon argumentation pécherait.

Pour éclairer et mieux expliciter encore le fonctionnement de la boucle et son insertion dans le système cadencé, je propose cette nouvelle représentation. Le parcours aller-et-retour Saint-Gall – Genève – Saint Gall y est « déplié ».

2020.06.21 Boucle dépliée.jpg

La boucle sera parcourue dans les deux sens. La ligne servant ici d’exemple est celle qui parcourt la boucle dans le sens horaire (le sens des aiguilles d’une montre). Décalée d’une demi-heure, une seconde ligne par heure est envisagée, elle parcourra la boucle dans le  sens contraire.

Ce sont les trains de grandes lignes qui scandent le système cadencé. Genève – Saint-Gall est une ligne-maîtresse du réseau. Elle est actuellement exploitée en va-et-vient entre Saint-Gall et Genève. La boucle la transforme en une ligne deux fois plus longue, qui n’a qu’un point de départ, également unique point d’arrivée, Saint-Gall. Le trajet d’un train est ainsi de l’ordre de 700 km, deux fois la distance entre Genève et Saint-Gall. Une telle longueur de parcours d’un même train n’a rien d’exceptionnel en Europe.

Le détour par Aéroport entre Cornavin et Lausanne ne compromet en rien le respect du principe cardinal du système, qui est qu’à ses nœuds fondamentaux, Berrne, Zurich, et Saint-Gall, les trains parviennent juste avant l’heure pleine ou la demi-heure, et les quittent juste après.

Les trajets Berne - Zurich et Zurich - Saint-Gall, respectent strictement la contrainte de symétrie du système. En revanche, tant que le trajet Lausanne-Berne n’est pas réduit à moins de 60 minutes, Lausanne n’est pas un nœud régulier du système.

Le tableau ci-dessous présente les horaires des deux trains par heure prévus, sur le trajet Genève – Berne. Il montre que le système cadencé est parfaitement tenu à Berne, donc évidemment au-delà de Berne.

2020.01.09 InsertionCadenceBoucleBerne.jpg

Les correspondances à Lausanne sont globalement aussi bonnes que celles qu’envisagent les administrations et les CFF, ainsi que le montre le tableau suivant :

2020.01.26 Correspondances à Lausanne.jpg

La boucle peut donc être intégrée dans le réseau national. Le lecteur intéressé trouvera l’étude étendue aux autres grandes lignes desservant Genève ici :

https://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2020/01/12/l-insertion-de-la-boucle-dans-le-systeme-cadence-rectificati-303715.html

Commentaires

  • Un scandale que ce beau projet ait été refusé. Je ne parle même pas des millions qui auraient pu être économisés par ce projet!

  • Bien sûr, c'est le projet de boucle qui a été refusé bien que formellement ce n'en soit que l'étude. En ce qui me concerne, je persisterai à tenter d'empêcher que l'extension souterraine de Cornavin se réalise, au profit de la boucle. Les obstacles que rencontrera la solution de l'extension souterraine de Cornavin sont immenses. Je pense tout particulièrement à ceux qui se dresseront lors des procédures d'enquêtes publiques, qui obligeront les autorités à expliquer leur folle conception d'ensemble.

Les commentaires sont fermés.