• Un quai et deux voies ou deux quais et 4 voies?

    En 2018, la ville de Genève a organisé un concours d'urbanisme et d'architecture visant à établir une image directrice des espaces publics autour de la future  gare souterraine de Cornavin.

    Les dispositions ferroviaires prévues pour l'extension de la gare de Cornavin constituaient évidemment des données impératives,  dont tous les concurrents ont tenu compte.

    Voici la coupe en travers au droit du passage inférieur est, dessinée par le concurrent vainqueur. Elle représente deux quais souterrains à deux voies chacun. 

    Ainsi, en avril 2018, l'extension souterraine de Cornavin comptait 4 voies et deux quais.

    2018.04.00 MEP Frey Rezakanlou 3.jpg

    Cet été 2021, trois ans plus tard, les CFF ont mis au concours le projet d'une Démolition et reconstruction du Bâtiment de Service de Montbrillant, situé à l'extrémité est de Cornavin,  Là aussi, les dispositions ferroviaires ont été imposées aux concurrents.

    Et là, surprise: Les CFF ont imposé un seul quai à deux voies,

    Ainsi, en 2018 2021, l'extension souterraine de Cornavin comptait 4 voies et deux quais. En 2021, elle ne compte qu'un quai et deux voies. (Dernière phrase ajoutée à 20h45)

    2021.10.28 CFF Concours Coupe travers.jpg

    C'est le quai côté Jura (représenté à droite (30 octobre à 20h45) gauche sur le dessin précédent) qui est escamoté dans ce second dessin, où le quai et son tunnel escamotés devraient être représenté sous le nouveau bâtiment projeté. Bien entendu, dans le concept des administrations et autorités en charge des transports, le second quai à deux voies est indispensable: les deux quais et 4 voies sont inscrits dans le Programme de développement stratégique du rail ( Message FAIF du Conseil fédéral, Annexe 4).

    Voilà une parfaite illustration du chaos qui règne dans toute cette sale affaire de l'extension de capacité du noeud ferroviaire de Genève. Que signifie l'escamotage de la seconde étape d'extension de capacité de Cornavin, pourquoi cet escamotage?

     

  • Transports: autorités et administrations terrorisent les Genevois

    Le collectif 500 organise le mercredi 3 novembre à 20h00, à l’UOG, place des Grottes, une assemblée publique. Cette assemblée se déroulera en deux parties :

    • Projet d’aménagement du bas des Grottes . une arnaque, et
    • Nuisances du chantier de la gare : comment s’organiser

     

    En guise d’introduction à cette seconde partie, le Collectif écrit ceci :

    Cela sera également l'occasion de réfléchir ensemble à la suite à donner aux luttes et actions diverses qui seront nécessaires pour survivre nerveusement, économiquement, socialement, etc..., durant la décennie de travaux pharaoniques qui vont bouleverser l'ensemble des quartiers riverains de la gare. (Collectif 500, Facebook, 19 octobre 2021)

     

    Voici mon commentaire :

    Habitants des Grottes, vous avez bien raison de vous inquiéter, parce que, comme vous avez déjà pu le constater vous-mêmes, les autorités et administrations en charge des transports ne sont guère ouvertes au dialogue citoyen, et la bonne foi n’est pas leur vertu cardinale. A ce jour, elles n’ont rien divulgué de leurs études actuelles. Jusqu’en décembre 2020, elles soutenaient le principe d’une réalisation fractionnée en deux phases de l’extension de Cornavin, chacune d’elles de deux voies et d’un quai. Une pure folie : au même endroit, à quelques années d’intervalle, deux chantiers d’un milliard chacun, durant chacun plus de 5 ans. Ne vous y trompez pas, l’ouvrage qui serait réalisé serait bien souterrain, mais les deux chantiers successifs ne le seraient pas : les terres seront entièrement excavées depuis la surface du sol jusqu’au fond.

    2019.08.13 Cornavin Coupe Etat ultime.jpg

    C’est parce qu’administrations et autorités en charge des transports se sont enfin rendu compte que ce projet rencontrerait une farouche opposition populaire qu’elles ont annoncé en décembre 2020 avoir remis en question le fractionnement en deux phases : au lieu de deux chantiers à Cornavin, depuis la rue des Gares jusqu’à la rue Bautte, d’un milliard chacun se succédant à quelques années d’intervalle, un seul chantier de deux milliards, durant quelques années de plus. Ça serait moins fou ? pas sûr ! Pour en être sûr, il faudrait en savoir plus.

    Il reste que la boucle de l’aéroport rendra inutile toute extension de Cornavin, puisqu’elle y divise par deux le trafic ferroviaire visitant Cornavin et l’aéroport depuis la Côte vaudoise : il en faudrait 12 par heure, le projet des administrations et autorités en charge des transports en ferait donc passer 24 par Cornavin : 12 pour se rendre à l’aéroport, et 12 pour en revenir. La boucle réduit à 12 ce trafic par Cornavin.

    Genevois, c’est désormais à vous de décider. Vos autorités et administrations en charge des transports, une majorité de votre Grand Conseil, ont préféré se soutenir mutuellement pour préserver leurs pouvoirs plutôt que pour servir. Nos ancêtres de 1848, 1870 et 1891, conscients du risque de telles collusions au détriment du bien public, ont instauré les droits d’initiative et de referendum.

    Genevois, vous aurez certainement l’occasion d’exercer vos droits démocratiques, lorsqu’il se confirmera que le financement accordé est insuffisant, ou lors des procédures d’approbation de leur projet.

    La boucle:

    2021.01.18 Mémoire techniqueAmendé 6 mars 2021.pdf

     

     

     

     

     

     

     

     

  • 12 années de fuite en avant

    2019.01.19 Cartes Daniel côteàcôte.jpg

    Vers 2009, pour augmenter la capacité du nœud ferroviaire de Genève, autorités et administrations en charge des transports ont décidé deux quais et 4 voies supplémentaires le long de la voie 8 actuelle de la gare de Cornavin, mordant férocement dans le quartier des Grottes. Le 18 décembre 2009, les gens des Grottes ont demandé par pétition à être informés.

    Vers 2011, elles, les autorités et administrations en charge des transports, ont décidé de fractionner en deux phases les deux quais et 4 voies. (Message FAIF, 18 janvier 2012, FF, page 1467).

    En juillet 2013, elles ont décidé d’enfouir en souterrain deux quais et 4 voies le long de la voie 8 actuelle, à une vingtaine de mètres sous la voie 8, en une seule phase.

    En décembre 2014, elles ont décidé d’étudier le fractionnement dans le temps en deux phases de deux voies et un quai souterrains chacune.

    En décembre 2015, elles ont décidé ce fractionnement, étendant les travaux en deux gigantesques chantiers d’environ un milliard chacun, durant plus de 5 ans chacun, se succédant à quelques années d’intervalle, au même endroit, le long de l’actuelle voie 8, Remarquons que l’autre solution, celle de la boucle, avait été rendue publique et transmise aux autorités et administrations en janvier 2014 déjà (Domaine public, Genève, 6 janvier 2014). Elles n’en ont tenu aucun compte.

    En décembre 2020, 5 ans plus tard, prenant conscience de leur aveuglement, qui dresserait à cette perspective contre leur projet habitants et commerçants de ces quartiers centraux, voyageurs, et plus généralement tous les Genevois, elles toujours, les autorités et administrations en charge des transports, ont annoncé vouloir réétudier l’affaire.

    Aujourd’hui, fin 2021, depuis bientôt un an, elles sont muettes. Après 12 années de fuite en avant, l’impasse.

     

    Faisant preuve de force de caractère, étudieraient-elles, les autorités et administrations en charge des transports, la solution de la boucle de l’aéroport?

    2021.01.18 Mémoire techniqueAmendé 6 mars 2021.pdf