Le Conseil d’Etat veut envoyer Léman Express à la casse

Communiqué hebdomadaire du Conseil d'Etat du 1er décembre 2021

Le Conseil d'Etat souligne l'importance du projet de nouvelle diamétrale ferroviaire.

Le Conseil d'Etat a répondu à une consultation du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) sur l'adaptation 2021 du plan sectoriel des transports, partie infrastructure rail. Dans sa réponse, le Conseil d'Etat a réitéré sa demande à la Confédération de prendre en compte formellement le projet de nouvelle liaison ferroviaire diamétrale reliant Bernex – Cherpines – Lancy – Genève – Aéroport – Zimeysa. Ce projet, qui fait déjà l’objet d’études pilotées par l'Office fédéral des transports dans le cadre du programme de développement stratégique ferroviaire à l'horizon 2035 et son impact sur le nœud ferroviaire de Genève, justifie sa prise en compte dans la planification fédérale.

 

Pour situer cette diamétrale, voici le plus récent schéma rendu public par l’administration cantonale, daté du 22 janvier 2020. Ce schéma a été rendu public pour la 1ère fois à ma connaissance en décembre 2017.

2022.04.28 Canton Projet diamétrale 22.02.2020.jpg 

C’est admirable:

Aujourd’hui, une ligne Coppet – Cornavin – Annemasse offre 4 liaisons régionales entre Coppet et Annemasse par heure et par sens. Selon ce schéma, la création de la diamétrale voulue par le Conseil d'Etat entraînera la suppression de cette ligne, avec les très lourdes conséquences suivantes :

  • Pour se rendre de Tannay, de Mies, de Versoix, du Creux-de-Genthod, de Genthod-Bellevue à Lancy-Pont-Rouge, à Lancy-Bachet, à Champel, aux Eaux-Vives, ou à Chêne-Bourg, il faudra forcément changer de train à Cornavin.
  • Pour se rendre de Coppet à Lancy-Bachet, à Champel ou encore à Chêne-Bourg, il faudra forcément changer de train.

Toutes ces relations que la diamétrale voulue par le Conseil d'Etat rend impossibles sont aujourd'hui directes 4 fois par heure dans chaque sens. Il n'est pas nécessaire de s'étendre sur le fait que ces ruptures de charge (les changements de véhicule) sont de très lourdes entraves à l'efficacité des transports publics.

Le Conseil d’Etat l'affirme, la diamétrale, qui fait déjà l’objet d’études pilotées par l'Office fédéral des transports dans le cadre du programme de développement stratégique ferroviaire à l'horizon 2035 et son impact sur le nœud ferroviaire de Genève, justifie sa prise en compte dans la planification fédérale. Ce serait donc délibérément, sciemment, en toute connaissance de cause, que le Conseil d'Etat a décidé d'adopter cette ineptie et de demander avec insistance à la Confédération de le suivre.

 

Le Conseil d'Etat y perd en crédibilité. Et l’OFT aurait bien tort de prendre en compte formellement cette absurdité. Que l’aéroport soit accessible en chemin de fer régional est évidemment indispensable, mais qu’il le soit au détriment de la diagonale maîtresse Coppet – Annemasse de Léman Express par sectionnement total à Cornavin est tout simplement délirant. S’il y a une diamétrale importante, c’est celle-ci :

2022.05.01 Léman Express Décembre 2021.jpg

 

Plusieurs solutions permettent d’éviter cette aberration bien sûr. Parmi elles, la boucle de l’aéroport. Ne faudrait-il pas l’étudier ?

Commentaires

  • Si cette rupture de charge est envisagée, c'est tout simplement parce que le CEVA est un échec total, et qu'il n'y a personne qui voyage de Coppet à Annemasse!

  • La diamétrale Bernex - Zimeysa ne sera certainement pas mieux achalandée. Quelle pétaudière.

  • " Plusieurs solutions permettent d’éviter cette aberration bien sûr. Parmi elles, la boucle de l’aéroport. Ne faudrait-il pas l’étudier ? "

    Quand donc comprendrez-vous, M. Weibel, que personne n'en veut de votre étude sur la boucle de l'aéroport ? Elle aboutirait à la conclusion que, pour une offre ferroviaire équivalente, la construction de la diamétrale, voulue par le Conseil d'Etat, coûterait cinq fois plus cher (5 milliards au lieu d'un seul) et provoquerait cinq fois plus d'émissions de CO2 que la construction de la boucle, dont vous ne cessez de nous rabattre les oreilles depuis des années. En quoi de telles conclusions nous avanceraient-elles ? L'argent est là, bien là, il n'y a qu'à se baisser pour le ramasser. Quant à la couche d'ozone, c'est bien connu, elle a besoin d'émissions de gaz à effet de serre pour se régénérer et s'entretenir.

    Le Conseil d'Etat n'est pas composé que d'imbéciles, tout de même. Son Président, qui dirige le Département des infrastructures avec la compétence que l'on sait, n'a-t-il pas obtenu un diplôme d'ingénieur civil à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich ?

    Ce n'est pas pour rien que le Conseil d'Etat a rejeté la pétition - lancée par l'un de vos faire-valoir - réclamant qu'une étude comparative soit entreprise entre la solution des autorités (la diamétrale) et la vôtre (la boucle). Cette pétition, renouvelée auprès de la commission des pétitions du Grand Conseil, sera tout aussi sèchement rejetée par les députés, qui sont de toute façon dépassés par les questions techniques liées à l'indispensable augmentation de capacité du réseau ferroviaire à Genève.

    Ne comprenez-vous pas, M. Weibel, que vous vous ridiculisez à vouloir ainsi poursuivre à tout prix votre croisade au moyen d'analyses fantasques qui font sourire tout le monde, à commencer par les fonctionnaires de l'Office cantonal des transports ? Laissez faire les pros, ils sont payés pour ça. Et puis, de toute façon, il n'appartient pas à des Vaudois d'expliquer aux Genevois ce qu'ils doivent faire.

Les commentaires sont fermés.