Des interrogations me parviennent de toute la Suisse. Il faut donc y revenir

La boucle de l’aéroport résoudrait d’ici 2035 en une seule opération le problème de capacité du nœud ferroviaire de Genève.

Pour faire apparaître plus grande l'illustration, cliquer sur elle

2022.07.06 Schéma Boucle mise à jour.jpg

Ses principaux éléments constitutifs sont :

  • Le prolongement de la ligne de l’aéroport jusqu’à ce qu’elle se raccorde à la ligne de Lausanne près de Genthod-Bellevue, en surface le long de l’autoroute entre Aéroport et Vengeron, en tunnel entre Vengeron et Genthod-Bellevue,
  • un raccordement à double voie dans le vallon du Vengeron, permettant le passage des trains de l’aéroport à Cornavin et vice-et versa.
  • Un raccordement souterrain à voie simple, à proximité de Vert-Bois, permettant le passage de trains de l’aéroport à Bellegardre et vice et versa.

Coût de la solution de la boucle : un milliard.

Dégagement de CO2 des chantiers proportionnels au coût : 270'000 tonnes.

Date d’achèvement : 2035.

Ce concept permettrait l’offre ferroviaire suivante :

2019.09.09 Les lignes de la boucle toutes.jpg

Genève reçoit chaque heure la visite de 17 trains venant de la Côte, 4 IC, 4 IR, 4 RE, 5 RER.

Genève reçoit chaque heure la visite de 11 trains venant de La Plaine, 4 IR et 5 RER.

Genève reçoit chaque heure la visite de 10 trains venant d’Annemasse, 2 IR et 8 RER.

Cornavin reçoit 34 trains par heure, sans aucune extension, dans son état actuel,

Aéroport en reçoit 24, sans aucune extension, dans son état actuel.

 

 ++++++++++++++

La solution au problème de capacité du nœud ferroviaire de Genève des autorités et administrations en charge des transports à Berne et Genève se réaliserait au contraire en deux phases. La 1ère pourrait selon les autorités être mise en service en 2035, la seconde entre 2050 et 2060.

2022.07.06 Schéma Officielle Mise à jour.jpg

Elle comprendrait les ouvrages essentiels suivants :

Phase 1 : les principaux éléments constitutifs de cette phase devraient être réalisés d’ici 2035 :

  • un nouveau tronçon ferroviaire entre le Jardin botanique et la bifurcation à Châtelaine des voies vers Bellegarde et vers Aéroport, entièrement en tunnel à double voie,
  • à Cornavin, une gare nouvelle obtenue par écartement des deux voies et installation entre les deux voies d’un quai, le tout entièrement souterrain,
  • coût : deux 1milliards.

Phase 2 : les principaux éléments constitutifs de cette seconde phase : au-delà de 2035, vers 2050 à 2060 :

  • un nouveau tronçon à double voie entre Cornavin et Aéroport via Les Nations, entièrement souterrain,
  • à l’aéroport, une nouvelle gare, souterraine, sous l’actuelle déjà souterraine,
  • à Cornavin, doublement de la gare souterraine de 2035,
  • coût : trois milliards.

Coût total de la solution officielle, phase 1 et phase 2 : 5 milliards, 4 milliards de plus que la boucle de l’aéroport.

Dégagement de CO2 des chantiers proportionnel au coût : 1’350'000 tonnes, 1'080'000 tonnes de CO2 de plus que ceux de la boucle

Date d’achèvement : 2050 à 2060 : 15 à 25 ans plus tard que le serait la boucle de l’aéroport.

Voici ce que Genève demande :

 

2019.09.02 Ligne selon OCT Genève Original.jpg

Ce schéma ignore les trains de grandes lignes, dont la gestion est du ressort de la Confédération.

 

Il convient de remarquer que le tronçon Aéroport – Meyrin - Zimeysa ne contribue en rien à la résolution du problème de capacité du nœud ferroviaire de Genève. Il en est de même du tronçon Lancy-Pont-Rouge – Bernex. Seul le tronçon nouveau suivant le tracé original Cornavin – Nations – Aéroport y contribue. De ce fait, ces deux tronçons nouveaux Aéroport – Zimeysa et Lancy – Pont-Rouge – Bernex, ne sont pas pris en considération. Notamment, leurs coûts ne sont pas pris en compte dans la comparaison des deux concepts.

Exprimé sous la même forme graphique que le schéma de la boucle dessiné ci-dessus, ce souhait de Genève se traduit ainsi :

2019.09.02 Ligne selon OCT Genève.jpg

Genève reçoit chaque heure la visite de 14 trains venant de la Côte, 4 IC, 2 IR, 4 RE, 4 RER.

Genève reçoit chaque heure la visite de 16 trains venant de Zimeysa, 4 RE et 12 RER.

Genève reçoit chaque heure la visite de 10 trains venant d’Annemasse, 2 RE et 8 RER.

Cornavin reçoit 52 trains par heure, 8 IC, 4 IR, 16 RE, 24 RER.

Aéroport en reçoit 24, 4 IC en impasse, 2 IR en impasse, 2RE en impasse, 16 RER.

 

Deux constatations importantes :

  1. Le schéma intitulé Concept d’offre 2050 souhaité par Genève n’indique pas les trains de grandes lignes, parce que leur gestion est du ressort de la Confédération. Avec 52 trains par heure, la gare de Cornavin, étendue à 11 voies (4 voies de plus qu’actuellement), aura atteint sa limite de capacité.
  2. Ce schéma fait aussi apparaître que l’aéroport ne serait accessible à aucun trafic régional avant les réalisations du tronçon de ligne nouvelle Cornavin – Nations – Aéroport et de la nouvelle gare de l’aéroport ainsi desservie, parce que Genève, selon son propre souhait veut réserver la gare actuelle au trafic de grandes lignes.

++++++++++++++++

Le tableau qui suit indique des offres ferroviaires possibles à l’achèvement de chacune des solutions assez voisines (boucle en 2035, officielle en 2050 – 2060)

2022.07.05 Tableau comparatif Offre 2035 2050.jpg

On le sait bien, les changements de véhicules sont pour les voyageurs usagers des transports collectifs d’importants inconvénients. Les experts parlent de « ruptures de charge ». Il convient donc d’offrir autant que possible des trajets directs, sans rupture de charge. C’est ce qu’offre la boucle : pendant une heure 1'150 trajets directs, sans rupture de charge. 22 % de plus que le projet des administrations et autorités en cause.

 +++++++++++++

Pourquoi les autorités et administrations en charge des transports publics à Genève et à Berne refusent-elles de faire faire une expertise neutre comparant les deux projets ? Je l’ai déjà écrit, et n’ai reçu aucun démenti : à mon avis, elles refusent parce qu’elles craignent la défaite, qui blesserait leur vanité, et peut-être pour certains, compromettrait leur poste.

Qu’un Etat risque de délibérément dilapider ainsi 5% de son budget annuel pour sauvegarder l’image de certains de ses fonctionnaires, de certaines de ses administrations, me laisse pantois. Que ce pays soit le mien m’attriste profondément.

Pour en savoir plus: 2021.01.18 Mémoire techniqueAmendé 6 mars 2021.pdf

 

Commentaires

  • Bravo pour le concept ! C'est la résolution d'un noeud gordien.

    Malheureusement ce n'est pas toujours l'intelligence qui est aux commandes. L'égo de certains joue de sales tours. Et, pour une fois, une genferei ne s'est pas décidée à Genève.

Les commentaires sont fermés.